Le changement climatique peut-il affecter la propagation des virus?

Des changements importants

La dégradation écologique, le réchauffement climatique et les événements météorologiques extrêmes, prévus pour les prochaines décennies, peuvent intensifier le danger pour l’humanité en intensifiant les épidémies virales.

Il est déjà connu que les changements de température, les précipitations fréquentes et une humidité élevée peuvent avoir des effets considérables sur la propagation des maladies infectieuses. Cependant, les prévisions pour le proche avenir sont difficiles à faire, car de nombreux facteurs sont en jeu, notamment les forces de la nature, du climat et de l’activité humaine.

Activité humaine en cause

Les arguments précis proviennent des informations recueillies sur les dernières infections virales, à commencer par la grippe de type A et la fièvre jaune.

Une guerre biologique ou le hasard?

Selon le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat aux États-Unis (GIEC), l’activité humaine est responsable de l’augmentation de la température annuelle de 1 degré Celsius au-dessus du niveau préindustriel. Cela signifie que si la température continue d’augmenter, elle atteindra un niveau supérieur à 1,5 degrés Celsius entre 2030 et 2052.

En conséquence, les événements météorologiques extrêmes deviendront plus fréquents, tels que les inondations, les sécheresses et les périodes chaudes.

Des facteurs en cours

Les changements de température ont également leur mot à dire dans l’écosystème. Par conséquent, parmi les espèces les plus touchées se trouvent des animaux qui hébergent des virus et des insectes «vecteurs» qui transmettent la maladie.

Bien qu’il n’y ait aucune preuve établissant un lien entre le changement climatique et la pandémie actuelle, un certain nombre de facteurs sont en cours de discussion, y compris le changement climatique, qui a conduit aux événements d’aujourd’hui.

Selon un rapport publié par l’Organisation mondiale de la santé, le changement climatique en cours devrait avoir un impact important sur la propagation des maladies infectieuses au sein de la population. Les facteurs qui participent à l’apparition et à la propagation des infections virales sont les suivants: insectes «vecteurs», animaux hôtes, activité humaine et système immunitaire.

Insectes « vecteurs »

Les insectes piqueurs, tels que les moustiques ou les tiques, porteurs de virus, sont des organismes à sang froid, ce qui signifie qu’ils n’ont pas la capacité d’autoréguler leur température interne, de sorte que les fluctuations de température externes les influencent grandement.

Par conséquent, les températures élevées peuvent améliorer leurs conditions de reproduction et de développement et, dans certains cas, prolonger leur durée de vie. Cela peut signifier que l’augmentation des températures, estimée pour les décennies à venir, peut augmenter l’exposition humaine aux insectes «vecteurs» et, par conséquent, à un risque accru d’infections virales.

Selon un rapport publié dans la revue Nature, environ 30% des maladies infectieuses au cours des 10 dernières années ont été causées par des insectes «vecteurs», porteurs de microbes, une augmentation alarmante sur une courte période.

Animaux hôtes

Les maladies infectieuses transmises par l’animal à l’humain sont appelées zoonoses. Des changements dans les précipitations (dans certaines parties du monde, une augmentation des précipitations est attendue, tandis que dans d’autres une diminution) peuvent affecter la disponibilité de nourriture pour les animaux hôtes tels que les chauves-souris, les singes ou les cerfs.

En raison du changement climatique, de nombreux animaux sauvages sont obligés de migrer et, en changeant de zone, le contact avec les humains devient plus important. Ainsi, le risque d’exposition aux agents pathogènes animaux augmente à son tour.

Les fortes précipitations peuvent indirectement aider à propager les entérovirus, qui affectent des millions de personnes chaque année.

Ces virus sont transmis par voie orale-fécale, et les inondations causées par de fortes pluies peuvent entraîner le déversement du contenu des égouts dans les eaux des mers et des océans.

De là, les virus contaminent la faune marine, dont les fruits de mer, qui arrive sur le marché, d’où l’augmentation du taux de contamination.

Activité humaine

Aux États-Unis, les Centers for Disease Control and Prevention estiment que 3 nouvelles maladies sur 4 sont d’origine animale, tout comme le nouveau coronavirus.

Bien qu’il n’y ait aucune preuve concrète liant le changement climatique à la propagation du COVID-19, l‘activité humaine joue un rôle important dans la destruction de l’habitat naturel de nombreux animaux sauvages, ce qui augmente la proximité des humains et des animaux, surtout lorsqu’ils sont laissés sans nourriture.

La destruction de l’écosystème de forêt vierge, la déforestation et d’autres incursions humaines peuvent augmenter le risque de propagation de virus par les animaux hôtes.

Selon une étude publiée dans la revue Nature, les habitats dégradés abritent de nombreux types de virus pouvant infecter l’humain, justifiés par la perte de biodiversité qui amplifie les infections virales chez les espèces animales survivantes.

Le système immunitaire humain

En général, le temps chaud réduit la propagation de la grippe, l’une des raisons étant que les gens se rassemblent rarement en grands groupes à l’intérieur. Les températures élevées réduisent également la viabilité des virus respiratoires. Mais, selon les chercheurs, les hivers doux sont généralement suivis d’épidémies de grippe plus agressives dans les saisons à venir. De plus, selon des recherches sur le développement d’épidémies de grippe, les hivers doux réduisent l ‘ »immunité collective », ce qui signifie qu’en hiver doux, moins de personnes contractent la grippe, ce qui signifie que la saison suivante, lorsqu’une épidémie éclate. de manière plus agressive, la plupart n’auront pas de système immunitaire renforcé pour faire face au virus.

Par conséquent, les fluctuations rapides de température, une caractéristique du réchauffement climatique, peuvent affaiblir la capacité du système immunitaire à lutter contre les infections respiratoires. Les enfants les plus vulnérables restent les enfants et les personnes âgées.
Malgré le pronostic pessimiste, il est important de noter qu’à mesure que l’incidence des épidémies augmente, la recherche scientifique progresse à son tour. Les dernières avancées technologiques démontrent une vitesse de développement des vaccins antigrippaux unique dans l’histoire, donc à cet égard, les choses sont encourageantes.