Comment apparaissent les lésions sur le col utérin

Les lésions du col utérin sont très fréquentes. Elles peuvent apparaître, disent les gynécologues, à tout âge, après que la femme a commencé sa vie sexuelle.

Selon les spécialistes en obstétrique et gynécologie, les lésions du col de l’utérus ont de multiples facteurs contributifs: les infections, les rapports sexuels non protégés, le tabagisme, une alimentation déséquilibrée, une mauvaise hygiène. L’utilisation excessive d’irrigations vaginales et d’ovules avec antibiotiques, responsables de la modification de l’équilibre de la flore vaginale, peut également en être la cause. Les tampons internes, les traumatismes, les facteurs héréditaires, la diminution de l’immunité contribuent à la formation des lésions aussi.

Attention aux maladies sexuellement transmissibles!

Les maladies sexuellement transmissibles causent également des blessures au col. Incriminées sont les infections bactériales: Treponema pallidum (qui détermine l’installation de syphilis), Chlamydia, Mycoplasma, Ureaplasma, gonocoque, qui produisent habituellement des lésions moins sévères, et infections virales asymptomatiques donnant des blessures plus graves, telles que les infections à Herpès simplex et virus du papillome humain (HPV). La plupart des lésions cervicales sont causées par une ou plusieurs souches de HPV. Celui-ci peut persister dans la zone infectée même des décennies.

Quels sont les symptômes?

Les signes de ces lésions sont les saignements entre les périodes menstruelles, des saignements après un rapport sexuel ou de la douleur, des pertes vaginales (écoulement vaginal modifié, même abondant). Il y a des lésions, parfois très graves, sans aucun symptôme initial. Cela rend le diagnostic tardif, parfois établi dans la phase du carcinome invasif.  Les lésions deviennent dangereuses lorsqu’elles ne sont pas diagnostiquées au temps ou sont négligées, en dépit d’une consultation ou d’un résultat de Pap-test. Les lésions de haut grade, en particulier, présentent un risque élevé de développer un cancer du col utérin.

Le conseil du spécialiste

Le diagnostic est déterminé par l’examen clinique avec valves, par la cytologie du Pap-test, par le typage du virus  HPV (la souche d’identification) et colposcopie. L’analyse pour le virus VPH est simplement prélevée au niveau du col de l’utérus, similaire à celle de la cytologie Pap-test. La colposcopie est la prochaine étape du diagnostic et est habituellement recommandée pour un Pap-test anormal. C’est l’examen de la surface externe du col de l’utérus et des parois vaginales à l’aide d’une colposcopie, un microscope spécial qui permet au médecin de visualiser les zones anormales. Si, au cours de l’examen, votre médecin remarquera des zones lésées, il sera peut-être possible de prélever un petit échantillon de tissu par biopsie.

Bon à savoir!

Les statistiques sur les cas de cancer du col de l’utérus sont inquiétantes. C’est pourquoi les gynécologues recommandent aux femmes de passer le test Babes-Papanicolau chaque année après le début de la vie sexuelle, quel que soit leur âge.

Le VPH est un virus transmis sexuellement. Il provoque des lésions bénignes et malignes et détermine, entre autres, le cancer invasif du col de l’utérus.