Les trois maladies que les femmes sont susceptibles de développer après 45 ans

Suivez-nous par Email
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Pinterest
Suivez-nous sur Pinterest
Suivez-nous sur Instagram

Une étude récente aux Pays-Bas estime qu’une femme sur deux et un homme sur trois risque de développer une affection neurologique: accident vasculaire cérébral (AVC), démence ou maladie de Parkinson après l’âge de 45 ans. Ce sont les trois maladies qui menacent les femmes.

L’étude, publiée dans le Journal of Neurology Neurosurgery and Psychiatri, s’appuie sur les observations scientifiques de 12 102 personnes de plus de 45 ans, de l’année 1990 jusqu’au décès ou jusqu’au 1 er janvier 2016. 5 291 décès sont survenus, 1 489 sujets ont développé une démence, principalement la maladie d’Alzheimer, 1 285 ont subi un accident vasculaire cérébral (AVC) et 263 ont reçu un diagnostic de maladie de Parkinson.

Selon les chercheurs, le risque augmente avec l’âge mais diffère considérablement selon le sexe. Par conséquent, une femme de 45 ans sur deux risque de développer l’une des trois maladies, contre un homme sur trois. Les femmes sont également beaucoup plus prédisposées à développer une démence que les hommes, alors qu’ils sont susceptibles de subir un AVC précoce par rapport aux femmes. Selon les résultats de la recherche, une femme présente un risque double de développer à la fois une démence et un accident vasculaire cérébral. Selon les auteurs, cette étude présente certaines limites car elle a été réalisée sur un segment de la population européenne – les Pays-Bas – dont l’espérance de vie est de 83,5 ans pour les femmes et de 81,7 ans pour les hommes.

Les personnes chez lesquelles on avait diagnostiqué l’une des trois maladies entre 1990 et 2016 présentaient un risque plus élevé d’hypertension, de rythme cardiaque (fibrillation auriculaire), d’augmentation du cholestérol et de diabète de type 2 (le plus souvent), révèle l’étude. Dans le même temps, les chercheurs ont déclaré que des mesures de prévention, qui permettraient de retarder la maladie neurologique de quelques années, pourraient réduire le risque de 20% à 50%.

Suivez-nous par Email
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Pinterest
Suivez-nous sur Pinterest
Suivez-nous sur Instagram

Restez informé! Pour vous et vos amis!