La levée des restrictions pendant les fêtes et ses conséquences

La levée des restrictions en décembre, à l’occasion des vacances d’hiver, entraînerait une nouvelle augmentation du nombre de cas de coronavirus et, implicitement, des hospitalisations.

40 jours peuvent s’écouler entre l’adoption de mesures restrictives et l’émergence de résultats mesurables, bien plus longtemps que le délai de deux semaines pris comme norme générale.

Le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (EDCD) a souligné que les autorités doivent tenir compte du fait que 40 jours peuvent s’écouler entre la mise en œuvre des mesures et les effets mesurables des mesures prises, bien plus longtemps que la période d’incubation de l’infection, qui peut être un maximum de deux semaines.

Cela est dû au fait qu’il faut plus de temps pour que le changement de comportement du public causé par les restrictions entre en vigueur, y compris en tenant compte des retards qui peuvent survenir dans la déclaration.

Alors que le taux d’infections au niveau mondial commence à se stabiliser, quoique au plus haut niveau, il faut envisager de lever les restrictions avec le plus grand soin pour éviter de nouvelles flambées.

Par exemple, si les pays de l’UE lèvent les restrictions le 7 décembre, le taux d’hospitalisation pourrait commencer à augmenter vers le 24 décembre (voir graphique ci-dessous).

coronavirus, SRAS, Grippe, virus, maladies infectieuses, covid-19, covid, choléra, Ébola

Dans un autre scénario, si les pays de l’UE lèvent les restrictions le 21 décembre, le nombre d’hospitalisations causées par le COVID pourrait commencer à augmenter à partir de la première semaine de janvier 2021 (voir le graphique ci-dessous).

Les simulations montrent que, dans le contexte épidémiologique actuel de l’UE, il est difficile de justifier la levée des restrictions.

Test et suivi des infections

Il est recommandé de garantir une capacité suffisante pour le dépistage gratuit de la population, avec la publication des résultats dans un délai maximum de 24 heures.

Outre les tests RT-PCR, la Commission recommande (CE) également l’utilisation de tests antigéniques rapides, le cas échéant.

En plus des tests, la CE recommande également l’utilisation d’applications de suivi des contacts mobiles pour empêcher la propagation du coronavirus.