Comment les hormones rendent les femmes folles?

  • Maintenant tu es heureuse, en 5 minutes tu es triste, sans raison très claire.
  • Au petit déjeuner, le mari est le meilleur ami, au souper tu aimerai le voir avec les bagages à la porte.
  • Maintenant, tu es calme et paisible, après quelques minutes, tu lance des mots durs que tu regrette, mais tu ne peux pas t’arrêter.
  • Les jours sont comme un carrousel d’émotions que tu ne peux pas contrôler, tu ne te reconnais pas et tu a le sentiment que le monde entier s’est retourné contre toi.

En fait, ton esprit est saboté par ton propre corps, à un moment où les hormones changent la chimie du corps, et tout ce que tu peux faire est d’adopter un mode de vie qui réduit les effets des changements hormonaux spécifiques aux femmes.

Il existe plusieurs moments clés dans lesquels les hormones féminines affectent fortement le comportement: à l’adolescence, dans les périodes avant les règles, avant et après l’accouchement, à la ménopause.

Les moments sont d’autant plus délicats qu’ils s’accompagnent d’une série de changements dans le corps, de l’acné, aux changements de poids, en passant par les ballonnements, les bouffées de chaleur, etc. De plus, les troubles hormonaux féminins peuvent entraîner une aggravation des problèmes de santé mentale existants, tels que la dépression, le trouble bipolaire, l’anxiété et les crises de panique.

Comment fonctionnent les œstrogènes et la progestérone

À blâmer sont les œstrogènes et la progestérone, des hormones sexuelles dont l’équilibre influence l’humeur, la fertilité, la libido et l’ovulation des femmes.

Plus précisément, les hormones de type œstrogène, sécrétées par les ovaires, sont responsables du maintien des caractéristiques féminines (y compris la régulation capillaire et le dépôt de graisse), la lubrification vaginale et le maintien du bien-être. Le déséquilibre peut entraîner une dépression, de l’anxiété, une atrophie vaginale, etc.

La progestérone, par contre, est l’hormone qui aide à former et à maintenir une structure osseuse normale, à maintenir l’équilibre glycémique, à préparer les seins à produire du lait, etc., et des déséquilibres peuvent entraîner l’infertilité, l’ostéoporose, l’endométriose, etc. La carence en progestérone se manifeste par des bouffées de chaleur, une faible libido, des maux de tête, une dépression, de l’anxiété et diverses sautes d’humeur.

Comment expliquer les conditions de la période prémenstruelle

Il existe un lien très étroit entre l’équilibre hormonal, l’équilibre cognitivo-comportemental et émotionnel, et cela est très clair chez les adolescents, qui deviennent agités en raison des changements hormonaux, chez les femmes avant la menstruation, qui sont irritables, et chez les femmes qui entrent en ménopause et font face à des états de dépression, de colère, d’irritabilité, de mélancolie.

Ce qui se passe réellement avant la menstruation, lorsque les femmes souffrent de SPM (syndrome prémenstruel):

Environ une semaine avant la menstruation, les niveaux hormonaux d’œstrogène et de progestérone s’effondrent et il semble que toutes sortes de cytokines, les interleukines, qui agissent sur le système nerveux central, sur les neurones, commencent à être sécrétées. La joie, le plaisir et la dépression nous viennent tous de l’hypothalamus, l’hypophyse.

Puis, en raison de cet effondrement, tous ces symptômes et signes apparaissent: envie de sucreries, irritabilité, nervosité. En tant que signes, des ballonnements, des troubles du transit, une rétention d’eau avec un gain de poids important se produisent. Une partie est expliquée par la diminution des hormones et une partie est expliquée par la diminution du neurotransmetteur de la joie, la sérotonine.

L’importance d’un mode de vie équilibré

Parce qu’il n’y a pas de formules magiques qui peuvent maintenir artificiellement un équilibre hormonal optimal, les solutions peuvent provenir de plusieurs sources. En principe, un mode de vie équilibré, qui comprend des sports et une alimentation appropriée, peut réduire les manifestations hormonales indésirables lorsque nous parlons de symptômes bénins. Il permet également un sommeil de qualité, limite la consommation de sucre, de graisses, d’alcool, de sel et de glucides raffinés, et évite le stress.

Comment éviter les déséquilibres qui peuvent causer l’infertilité

  • Prenez soin de votre poids, mais ne mangez pas trop et ne souffrez pas de la faim
  • Prendre soin de votre sommeil, qui est en quantité et en qualité suffisantes
  • Apprenez à bien connaître votre corps, surveillez attentivement vos règles et signalez les symptômes inhabituels à votre médecin
  • Ayez une alimentation équilibrée

L’hygiène mentale, indispensable pour les femmes

Étant donné que le stress est l’une des causes pouvant provoquer un déséquilibre hormonal, le médecin recommande aux femmes d’éviter autant que possible les situations tendues, les relations qui les font souffrir et de faire attention à leur hygiène mentale.

Les thérapies de relaxation, les exercices de pleine conscience ou toute activité récréative, pratiqués en permanence ou du moins en périodes délicates, peuvent réduire significativement les troubles émotionnels et comportementaux induits par les déséquilibres hormonaux propres aux femmes.