Le diabète – c’est quoi?

Qu’est-ce que le diabète?

Le diabète est un trouble du métabolisme.

[note] Le métabolisme désigne les processus par lesquels notre corps utilise des aliments digérés pour la croissance et pour l’énergie. [/note]

La plupart des aliments que nous ingérons sont décomposés en glucose, qui est la forme sous laquelle se trouve le sucre dans le sang. Le glucose est la principale source de carburant pour le corps.

Après digestion, le glucose passe dans la circulation sanguine, où il est utilisé par les cellules pour se développer et pour obtenir de l’énergie. Pour que le glucose pénètre à l’intérieur des cellules, l’insuline est nécessaire.

[note] L’insuline est une hormone produite par le pancréas, une grande glande située derrière l’estomac. [/note]

Lorsque nous mangeons, le pancréas produit automatiquement la bonne quantité d’insuline pour déplacer le glucose dans le sang, à l’intérieur de nos cellules. Chez les personnes atteintes de diabète, cependant, le pancréas produit trop peu d’insuline ou pas du tout ou les cellules ne répondent pas adéquatement à l’insuline sécrétée. Ainsi, le corps perd sa principale source de carburant, même si le sang contient de grandes quantités de sucre.

le diabète, les maladies du pancréas, l'insuline

Quels sont les types de diabète?

Il y a trois types de diabète:

– diabète de type 1;

– diabète de type 2;

– diabète gestationnel (de grossesse).

Diabète de type 1

Le diabète de type 1 est une maladie auto-immune. Une maladie auto-immune survient lorsque le système de défense (le système immunitaire), dont le rôle est anti-infectieux, retourne contre une partie du corps. Dans le diabète, le système immunitaire attaque les cellules bêta productrices d’insuline dans le pancréas et les détruit. Ainsi, le pancréas produit de l’insuline en quantités faibles ou nulles.

Une personne atteinte de diabète de type 1 doit prendre de l’insuline chaque jour pour survivre. Actuellement, les scientifiques ne savent pas exactement ce qui fait que le système immunitaire attaque les cellules bêta, mais on pense que des facteurs auto-immuns, génétiques et environnementaux, éventuellement viraux, sont impliqués.

Le diabète de type 1 survient dans environ 5 à 10% de tous les cas de diabète. Elle se développe souvent chez les enfants et les jeunes adultes, mais peut survenir à tout âge. Les symptômes du diabète de type 1 surviennent généralement après une courte période, bien que la destruction des cellules bêta puisse se produire quelques années auparavant. Les symptômes comprennent une sensation de soif et de palpitation accrue, une faim permanente, une perte de poids, des troubles de la vision et une fatigue extrême. Si elle n’est pas diagnostiquée et traitée par l’insuline, une personne atteinte de diabète de type 1 peut avoir un coma diabétique potentiellement mortel connu sous le nom d’acidocétose diabétique.

Diabète de type 2

La forme la plus courante du diabète est le diabète de type 2. Environ 90-95% des personnes atteintes de diabète ont cette forme de diabète (de type 2 ) qui est associée à un âge plus avancé, à l’obésité, aux antécédents familiaux de diabète, aux antécédents de diabète gestationnel, inactivité physique et ethnicité. Environ 80% des personnes atteintes de diabète de type 2 sont en surpoids.

Le diabète de type 2 est de plus en plus diagnostiqué chez les enfants et les adolescents. Selon les recherches de 2002-2003, environ 3 700 personnes de moins de 20 ans ont reçu un diagnostic de diabète.

Lorsque le diabète de type 2 est diagnostiqué, le pancréas produit habituellement assez d’insuline, mais pour des raisons inconnues, le corps ne peut pas utiliser efficacement l’insuline, une condition appelée résistance à l’insuline. Après quelques années, la sécrétion d’insuline diminue. La conséquence est la même que dans le diabète de type 1 – la quantité de glucose augmente dans le sang et le corps ne peut pas utiliser efficacement cette source principale de carburant.

Les symptômes du diabète de type 2 se développent progressivement. Son apparition n’est pas aussi soudaine que dans les symptômes du diabète de type 1. Les symptômes peuvent inclure :

  • la fatigue ou des nausées,
  • des mictions fréquentes,
  • soif perte de poids inhabituelle, perte partielle de vision ,
  • des infections fréquentes, et
  • la guérison lente des plaies ou des blessures.

Certaines personnes n’ont aucun symptôme.

Diabète gestationnel (de grossesse)

Le diabète gestationnel survient pendant la grossesse. Comme le diabète de type 2, il survient plus fréquemment chez les Américains d’origine africaine, les Indiens et les Hispaniques et chez les femmes ayant des antécédents familiaux de diabète. Les femmes qui ont eu un diabète gestationnel ont un risque de 20 à 50% de développer un diabète de type 2 dans les 5 à 10 prochaines années.

Quelles sont les analyses pour le diagnostic du diabète?

Le test de pour la détermination de glucose dans le sang (plasma) à jeune est le test standard pour le diagnostic du diabète de type 1 ou 2. Le test le plus sûr est effectué le matin, à jeune.

[note] Le niveau de glucose dans le sang (dans le plasma) est appelé glycémie. [/note]

Cependant, le diagnostic de diabète peut être effectué si des résultats positifs sont obtenus dans l’un des trois tests suivants, plus une confirmation par un second test positif, obtenu le jour suivant:

– Une glycémie (prise à tout moment de la journée) de 200 mg / dL ou plus, accompagnée de la présence de symptômes du diabète;

– Une glycémie de 126 mg / dL ou plus après une période de 8 heures lorsque la personne n’a rien mangé;

– Un test de tolérance orale au glucose avec une glycémie de 200 mg / dL ou plus dans un échantillon de sang prélevé 2 heures après l’ingestion d’un verre d’eau dans lequel 75 grammes de glucose ont été dissous . Ce test, qui est effectué en laboratoire ou dans le cabinet médical, mesure la glycémie à intervalles fixes après une période de 3 heures.

Le diabète gestationnel est diagnostiqué sur la base des valeurs de glucose mesurées lors du test de tolérance au glucose par voie orale. Pendant la grossesse, le taux de glucose dans le sang est normalement plus bas, donc les valeurs pour le diagnostic du diabète sont plus faibles. Si une femme enceinte présente deux taux de glucose sérique atteignant ou dépassant l’un des chiffres suivants, elle est atteinte de diabète gestationnel:

  • une glycémie à jeun de 95 mg / dL
  • 180 mg / dL à 1 heure après le repas
  • 155 mg / dl à 2 heures après le repas
  • 140 mg / dl à 3 heures après le repas.

Quelles sont les autres formes de troubles du métabolisme du glucose connus sous le nom de prédiabète?

Les personnes atteintes de prédiabète, une condition entre «normal» et «diabète», présentent un risque accru de diabète, d’infarctus du myocarde et d’accident vasculaire cérébral (AVC). Cependant, une étude récente suggère que la perte de poids et l’augmentation de l’activité physique peuvent prévenir ou retarder l’apparition du diabète et que la perte de poids et l’activité physique peuvent augmenter la sensibilité de l’organisme à l’insuline.

Il existe deux formes de prédiabète:

  1. Perturbation du métabolisme du glucose après une période à jeûne

Une personne présente le trouble du métabolisme du glucose après une période à jeûne lorsque la glycémie se situe entre 100 et 125 mg / dL. Cette glycémie est supérieure à la normale, mais inférieure à celle qui indique un diagnostic de diabète.

  1. Tolérance modifiée au glucose

La tolérance altérée (modifiée) au glucose signifie que la glycémie lors du test de tolérance au glucose par voie orale est supérieure à la normale, mais pas suffisamment élevée pour permettre le diagnostic du diabète.

Il est diagnostiqué lorsque la glycémie se situe entre 140 et 199 mg / dL 2 heures après l’ingestion d’un liquide contenant 75 grammes de glucose. On estime que 57 millions de personnes âgées de plus de 20 ans ont des troubles du métabolisme du glucose, suggérant qu’au moins autant d’adultes auront un  prédiabète dans un avenir proche.

Quel est l’impact du diabète?

Il est bien connu que le diabète est l’une des principales causes de décès et d’invalidité. En 2006, elle figurait au sixième rang des maladies causant la mort. Cependant, le diabète est probablement sous-diagnostiqué comme cause sous-jacente du décès, sur les certificats de décès.

Le diabète est associé à des complications à long terme qui affectent presque n’importe quelle partie du corps. L’affection entraîne souvent la cécité (perte de la vision), les maladies cardiaques et vasculaires, les accidents vasculaires cérébraux, l’insuffisance rénale, les amputations et les lésions nerveuses. Le diabète non contrôlé peut entraîner des complications de la grossesse et les malformations congénitales sont plus fréquentes chez les enfants nés de femmes atteintes de diabète.

Qui peut contracter le diabète?

Le diabète n’est pas contagieux. Cependant, certains facteurs peuvent augmenter le risque de développer cette maladie. Le diabète de type 1 survient également chez les femmes et les hommes, mais il est plus fréquent chez les « blancs » que chez les autres populations. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) montre que le diabète de type 1 est rare dans la plupart des populations en Afrique, en Asie et dans les Amériques. Cependant, certains pays d’Europe du Nord, dont la Finlande et la Suède, présentent des taux élevés de diabète de type 1. La cause de ces différences est inconnue.

Le diabète de type 2 est plus fréquent chez les personnes âgées, en particulier chez les patients en surpoids. La prévalence du diabète devrait augmenter pour plusieurs raisons. L’une des raisons est qu’un segment croissant de la population vieillit (en raison de la prolongation de l’espérance de vie). Une autre raison est que de plus en plus de personnes sont en surpoids et même obèses.

Pour évaluer vos chances personnelles de souffrir de diabète sans le savoir, il est bon de connaître les facteurs de risque. Il est recommandé de vérifier le taux de glycémie de tous les adultes de plus de 45 ans, et les jeunes doivent procéder à des examens médicaux approfondis.