COVID-19 ne sera pas le dernier virus auquel nous serons confrontés

Une équipe de chercheurs de l’Université du Texas a découvert une mutation du virus Zika responsable de la transmission virale de 2015 à 2016 et de l’apparition de microcéphalie chez les bébés nés de femmes infectées.

L’étude a été publiée dans les actes de la National Academy of Sciences.

Le virus Zika a provoqué une épidémie mondiale en 2015 et 2016. Tout comme le virus du Nil occidental, la dengue et le virus Chikungunya, le virus Zika est principalement transmis par les moustiques. Ces virus constituent une menace constante pour les populations vivant dans les « zones » de moustiques.

Le virus de la dengue cause à lui seul 390 millions d’infections chaque année.

De plus, du fait que ces virus circulent entre les moustiques et les animaux ou les humains, ils sont sujets à des mutations génétiques, devenant ainsi extrêmement capables de provoquer des épidémies.

Mutation chez Zika

La mutation V473M chez Zika, responsable de la transmission rapide et des malformations congénitales

Selon la nouvelle étude, les scientifiques ont identifié une mutation dans le virus Zika qui peut augmenter la transmission mère-bébé chez la souris, augmenter le risque de maladies neurologiques et le taux de mortalité chez les souris nouveau-nés.

« Notre étude montre que la mutation V473M chez Zika, survenue avant l’épidémie dans les Amériques, augmente la capacité des particules virales à s’accumuler dans les cellules infectées. L’accumulation du virus entraîne une transmission maternelle accrue et un risque accru de maladie », a déclaré Pei-Yong Shi, professeur à l’Université du Texas.

COVID-19 – pas les dernier virus

« Le changement génétique observé ici, combiné à l’immunité de groupe naïf, aurait pu être responsable de l’épidémie de Zika et des maladies graves survenues en 2015 et 2016 », a ajouté Pei-Yong Shi.

« Il existe plus de 500 arbovirus connus, dont 100 sont capables de provoquer des maladies humaines », a déclaré Chao Shan, l’un des auteurs de l’étude.

Les virus à ARN sont les agents pathogènes les plus souvent responsables des épidémies et des flambées, notamment Ebola et SRAS-CoV-2.

Comprendre le mécanisme de la transmission virale est essentiel pour détecter et réagir aux futures épidémies. Bien que le monde soit actuellement confronté au COVID-19, le nouveau coronavirus ne sera pas le dernier virus auquel nous serons confrontés.