Les virus se propagent plus facilement lorsque l’hiver est plus doux – mythe ou réalité?

Le froid détruit-il les virus?

Il y a des suppositions, chez les gens, que le froid détruit les virus et réduit l’incidence des infections respiratoires saisonnières et, au contraire, lorsque les températures sont plus élevées en hiver, plus de virus sont enregistrés. Cette présomption est-elle vraie? Que disent les spécialistes?

Beaucoup des gens croit que les virus se propagent plus facilement si l’hiver n’est pas froid. Cette théorie des gens, répandue surtout dans le contexte où les températures sont bien au-dessus de la moyenne normale de la saison, est aussi fausse que possible.

Le froid ne tue pas les virus

Fondamentalement, c’est un mythe, le gel ne tue pas les virus. Et le meilleur argument contre cette théorie est que les saisons de la grippe sont en hiver, c’est-à-dire pendant les saisons froides. Le froid ne tue pas les virus. Ceux-ci ne peuvent pas mourir à des températures inférieures à 30 degrés, d’autant plus que les systèmes de conservation dans le domaine de la biologie sont à des températures inférieures à 80 degrés. Le gel n’a donc aucun lien avec le virus.

Les virus ne meurent pas à cause du froid. Le gros problème de cette période est lié aux fortes variations de températures que le corps exige et l’adaptation devient beaucoup plus difficile. Par conséquent, nous devons prendre soin de nous équiper correctement et faire attention aux températures quotidiennes. Et le fait qu’il fasse plus chaud que la normale ne signifie pas que les maladies se propagent plus.

Les enfants sont les plus sensibles aux virus

Les médecins disent que les fluctuations sont dangereuses pour la santé dans le sens où un jour peut être de 10 degrés, puis le lendemain, les températures chuteront et atteindront zéro, voire moins. Les enfants sont les plus sensibles à ces fluctuations.

Les enfants sont beaucoup plus sensibles que les adultes aux fluctuations élevées de température. Par conséquent, ils doivent être préparés avant le début de la saison froide, et un aspect important est la nutrition, qui doit être plus riche en légumes et en fruits. Ces dernières années, en raison du changement climatique, lorsque les hivers sont plus doux et les printemps plus froids et humides, les pics des conditions respiratoires se situent vers la fin de l’hiver.

Statistiquement parlant, dans les années où les hivers sont plus chauds, le nombre de virus augmente au printemps, lorsque de grandes fluctuations de températures se produisent de jour en jour. D’un autre côté, quand il y a des gelées plus élevées, beaucoup de gens font plus attention à la façon dont ils s’habillent et se protègent davantage. Ils quittent rarement leurs maisons et ne tombent pas malades; d’ici les gens pensent que les virus disparaissent quand il y a du gel.