Conclusion des chercheurs: un cancer sur six est causé par des infections pouvant être traitées

Suivez-nous par Email
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Pinterest
Suivez-nous sur Pinterest
Suivez-nous sur Instagram

Les infections provoquent environ 2 millions de cas de cancer par an et représentent environ 1,5 million des 7,5 millions de décès causés par le cancer dans le monde, selon une étude publiée dans la revue Lancet Oncology.

Les infections par certains virus, bactéries et parasites sont parmi les causes de cancer les plus importantes et les plus faciles à prévenir à l’échelle mondiale.

Les chercheurs ont examiné une grande variété de cas écrits de cancer, y compris une base de données sur l’incidence de 27 cancers dans 184 pays. Ils ont constaté qu’en 2008, environ 16% de tous les cancers diagnostiqués pouvaient être attribués à des infections. Le taux de cancers d’origine infectieuse était en moyenne trois fois plus élevé dans les pays en développement que dans les pays plus riches, mais les spécificités variaient beaucoup.

Par exemple, seuls 3,3% des cancers en Australie et en Nouvelle-Zélande peuvent être attribués à des infections, contre 32,7% de tous les cancers en Afrique subsaharienne.

Presque toutes les infections ont été causées par l’un des quatre agents infectieux suivants: Helicobacter pylori, une bactérie du tractus gastro-intestinal; virus du papillome humain (VPH) et virus de l’hépatite B et C.

Ces microbes sont largement responsables des cancers gastriques, cervicaux et hépatiques. Environ 50% des cancers associés aux infections chez les femmes se développent dans le col de l’utérus, tandis qu’environ 80% des cancers chez les hommes apparaissent dans le foie, l’estomac et le côlon.

Une simple infection par l’un des microbes en corrélation avec le cancer ne garantit pas le développement du cancer.

« Une chose que les cancers associés aux infections ont en commun est qu’une infection chronique est nécessaire », a déclaré le chercheur Martyn Plummer. « Ça prend des décennies pour que l’infection progresse vers le cancer. »

De nombreux commentateurs ont noté que les découvertes laissent espérer une réduction spectaculaire du taux de cancer global.

« Étant donné que des vaccins efficaces et relativement bon marché sont disponibles, une couverture accrue devrait être une priorité pour les systèmes de santé publique dans les pays lourdement touchés par le cancer. »

Suivez-nous par Email
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Pinterest
Suivez-nous sur Pinterest
Suivez-nous sur Instagram

Restez informé! Pour vous et vos amis!