Qui est plus sujet à la dépression et à l’anxiété?

Les chercheurs estiment que les personnes en mauvaise condition physique courent un double risque de dépression.

L’existence d’un lien entre notre condition physique et notre santé mentale est déjà entrée dans la notoriété, et au fil du temps, les scientifiques ont mené des études pour mieux comprendre la relation entre les deux. Une étude récente menée par des scientifiques de l’University College London indique qu’une mauvaise forme physique est un facteur qui peut doubler le risque de dépression, note Medicalxpress.

L’auteur principal, étudiant au doctorat Aaron Kandola explique: « Ici, nous avons fourni des preuves supplémentaires d’une relation entre la santé physique et mentale, et que des exercices structurés visant à améliorer divers aspects de la santé physique peuvent également avoir des avantages pour la santé mentale. »

Une étude approfondie

L’étude a porté sur plus de 150 000 participants âgés de 40 à 69 ans au Royaume-Uni. Leur condition physique de base au début de la période d’étude a été testée à l’aide d’un vélo stationnaire avec une endurance croissante, tandis que leur état musculaire a été mesuré par un test de résistance d’adhérence. Ils ont également rempli un questionnaire pour mesurer les symptômes de la dépression et de l’anxiété.

Sept ans plus tard, ils ont été testés à nouveau pour les symptômes de dépression et d’anxiété, et les chercheurs ont découvert qu’une bonne forme aérobie et musculaire au début de l’étude était associée à une meilleure santé mentale sept ans plus tard.

Les personnes ayant la plus faible capacité aérobie et musculaire combinées avaient 98% plus de chances de dépression, 60% plus de chances d’anxiété et 81% plus de chances d’avoir l’un des troubles de santé mentale courants par rapport aux personnes avec des niveaux élevés en général.

Les chercheurs ont examiné les facteurs qui auraient pu interférer avec la clarté des résultats, tels que le régime alimentaire, le statut socio-économique, la maladie chronique et les symptômes de maladie mentale. Des études antérieures ont montré que les personnes qui font plus d’exercice sont moins susceptibles de souffrir de maladie mentale, mais la plupart des études sont basées sur des personnes déclarant leurs propres niveaux d’activité, qui peuvent être moins fiables que les mesures objectives de la condition physique utilisées dans cette étude.