10 conseils pour réduire la peur de la maladie

La peur de la maladie est un aspect de notre vie quotidienne. Peu importe la position dans laquelle nous nous trouvons, la peur d’être malade est souvent présente. Que nous soyons dans l’hypostase de soutenir un parent malade ou que nous soyons en position de patient, la façon dont nous surmontons la peur d’être malade se présente sous différentes formes.

Lorsque nous sommes trop préoccupés par notre santé et faisons de notre mieux pour ne pas manquer un diagnostic possible, nous nous engageons dans une fausse piste où l’anxiété nous conduit à un abus de médicaments. Souvent nous prenons trop de n’importe quoi dont nous n’avons pas besoin, ce qui peut entraîner une maladie à long terme.

Voici 10 conseils pour faire face à cette peur d’être malade:

  1. Évitez la manipulation à travers les médias

Bien que nous vivions à une époque où nous avons accès à des soins de santé constamment mis à jour et que l’espérance de vie s’est considérablement améliorée, les publicités et les nouvelles abondent dans les gros titres annonçant un danger omniprésent. Le « danger » porte les diverses formes, des voyages en avion aux nouveaux facteurs de risque de cancer. Il reste donc au discernement de chacun à différencier la vérité des sujets destinés à entretenir la peur.

  1. Appréciez les risques réels

Nous ne nions pas notre exposition quotidienne à divers facteurs qui influencent notre santé de manière négative, mais une bonne information peut être utile dans la situation où nous devons choisir entre un risque réel et un risque irrationnel. Il est important d’avoir plusieurs sources d’information, car la diversité crée un écart dans lequel la flexibilité nous permet d’orienter nos choix vers quelque chose de vraiment utile.

  1. Appelez un thérapeute en toute confiance

À l’heure actuelle, il existe de nombreuses thérapies conçues pour nous aider à surmonter certaines barrières émotionnelles, et l’anxiété de toute sorte occupe désormais une place de choix en termes d’approche thérapeutique. Si nous ressentons le besoin de partager des pensées qui nous préoccupent constamment, ou même animées par des sentiments persistants de préoccupation pour notre propre santé, nous sommes dans le devoir à appeler un thérapeute.

  1. Allez voir votre médecin régulièrement

Alors que certaines personnes sont trop préoccupées par leur santé pour prévenir la maladie, il y en a qui ne vont pas chez le médecin même lorsque les signes de maladie sont évidents. Si vous avez remarqué des changements dans la façon dont vous effectuez vos activités quotidiennes (vous vous fatiguez plus vite, vous ne pouvez pas rester concentré sur les tâches que vous devez habituellement effectuer) ou si vous remarquez des changements dans votre corps qui vous alertent d’un éventuel signe de maladie, ne retardez pas la visite chez le médecin. L’évolution d’une maladie est d’autant plus favorable qu’elle est découverte tôt et qu’elle intervient pour éliminer la cause qui l’a provoquée, et le report ne nous offre parfois que la fausse assurance qu’en n’intervenant pas, le problème se résoudra de lui-même.

  1. Demandez de l’aide à vos proches

N’hésitez pas à demander de l’aide lorsque vous sentez que quelque chose vous dérange. Parfois, nous avons tendance à croire que nous serons jugés ou ridiculisés si nous exprimons nos pensées. Mais si la personne avec laquelle nous choisissons de partager ces aspects est digne de confiance, nous pouvons être surpris que nos idées soient acceptées et enrichies par une réponse dont nous pouvons tirer une confirmation que nos inquiétudes n’ont pas de base stable et que nous serions beaucoup mieux si nous tournions notre attention dans une autre direction.

  1. Apprenez à reconnaître vos propres niveaux de stress

Nous ne parlons pas de la façon d’éliminer le stress de nos vies, car le corps humain est constamment soumis à des facteurs de stress. Beaucoup de ces facteurs on ne les réalise même pas. Mais en apprenant à nous observer nous-mêmes, à la fois les réactions sous certaines conditions que nous cataloguons comme facteurs de stress et les pensées qui les accompagnent, nous pourrons intervenir pour changer les schémas de réaction qui nous empêchent de gérer efficacement les moments difficiles. De plus, la mise en scène mentale des niveaux de stress que nous pouvons gérer peut être un indicateur utile pour évaluer le degré d’implication que nous voulons avoir dans une certaine activité. Par exemple, si nous constatons que les discussions avec une personne particulière nourrissent constamment nos préoccupations (notre interlocuteur est trop préoccupé par l’idée de maladie), cela signifie que nous avons fait le premier pas vers la prise de conscience que nous pouvons toujours orienter nos choix vers quelque chose de bénéfique pour nous, en supprimant ce qui entretient la peur en nous.

  1. Participez à l’activité physique

Il est connu que lors des exercices physiques dans notre corps se sécrètent des substances qui maintiennent le bien-être, donc en nous déplaçant, nous soutenons activement la libération de niveaux de stress considérables. Et mieux nous nous sentons, moins nous sommes tentés de penser que nous pouvons être exposés à des facteurs qui affectent notre santé, car le corps nous confirmera clairement que le danger d’être malade est une idée sans importance.

  1. Offrez-vous un peu de détente!

Lorsque le niveau de stress dans notre corps atteint un seuil élevé, nous sommes plus susceptibles de croire ces pensées qui nous disent que nous sommes en danger. L’inclusion dans la routine quotidienne de petits moments dans lesquels nous apprécions quelque chose qui nous plaît, contribue considérablement à l’état d’esprit général, ce qui nous rendra moins susceptibles de «capter» les préoccupations concernant la maladie.

  1. Limitez l’influence des expériences passées sur le présent

Beaucoup d’entre nous vivent dans la peur des expériences passées, projetant sur le présent quelque chose qui s’est déjà produit et ne se répétera probablement jamais. Qu’il s’agisse d’un être cher qui est ou a été malade, ou même que nous-mêmes avons subi un choc émotionnel à la suite de la confrontation directe avec la position du patient. Il est plus qu’important de ne pas laisser la peur de repasser même situation. En gardant en nous des scénarios qui nous confrontent à une situation que nous considérons comme mortelle, nous permettons au sang d’informer les cellules de notre corps avec des hormones de stress qui, à long terme, nous rendent vraiment sensibles à la maladie.

  1. Évitez l’utilisation de toxines

Une fois installé, la dépendance à l’alcool ou au tabac s’accompagne de la nécessité de continuer à consommer la substance en question, malgré la conscience du risque auquel nous sommes exposés. Cela crée un cercle vicieux dans lequel la pensée que nous nous exposons à des facteurs qui dégradent certainement la santé tourne autour de la dépendance progressivement acquise, augmentant le souci de la maladie. Il nous appartient donc de choisir si nous voulons sciemment créer des facteurs de stress ou demander de l’aide dans la situation où nous avons décidé de nous débarrasser d’une certaine dépendance.