Pourquoi les personnes décédées ne sont pas de donneurs de sang?

Procédure supplémentaire

La procédure d’obtention de sang dans une telle situation exigerait des efforts supplémentaires de la part des médecins.

L’une des principales raisons pour lesquelles les médecins ne peuvent pas obtenir le sang des morts est éthique. Comme dans les cas où les organes sont prélevés sur des patients en phase de mort clinique, ils ont besoin du consentement des parents vivants. Ce problème pourrait être résolu en ajoutant une nouvelle section à la carte de donateur, mais les choses sont beaucoup plus compliquées. Voici pourquoi.

Tout d’abord, ceux qui sont prêts à donner leurs organes après leur mort ne se retrouvent pas tous sur la table d’opération. Les raisons pour lesquelles ils ne sont pas choisis pour faire un don sont parmi les plus diverses: incompatibilité d’organe, présence d’infections, défaillance d’organe, etc.

Quant aux donneurs de sang, ils doivent également remplir certaines conditions: ne pas être très jeune, mais pas trop vieux, ne pas se faire tatouer, ne pas avoir de grossesse en cours, etc. Les interdictions sont à peu près les mêmes pour ceux qui veulent faire un don de sang après la mort.

Une autre raison pour laquelle les greffes de ce type seraient difficiles à effectuer est que lorsqu’une personne meurt, le sang dans son corps commence à coaguler très rapidement.

De plus, une fois le processus terminé, les niveaux de dioxyde de carbone et d’acide lactique dans le sang deviennent très élevés, car ces substances ne circulent plus dans notre corps comme cela se produit tant que nous sommes en vie.

Aussi, le temps et les efforts nécessaires pour prélever le sang des personnes décédées seraient bien plus importants que dans le cas des donneurs vivants. Le principal problème est l’analyse et le traitement du fluide avant son transfert aux patients. Dans le même temps, nous devons prendre en compte le fait que nous ne pouvons effectuer de telles transplantations qu’une seule fois.

Les spécialistes recommandent d’encourager le don de sang volontaire dans les centres spécialisés. En ce sens, on nous dit également que le sang que nous donnons pourrait sauver la vie d’au moins 3 personnes.