Le marché noir des organes. C’est quoi?

Combien coûte un rein humain sur le marché noir des organes?

Les autorités du monde entier soulignent que le marché noir des organes est une question importante.
Actuellement, en raison de contraintes logistiques, éthiques et légales, le nombre d’organes prélevés est insuffisant pour tous les patients qui en auraient besoin.

Compte tenu du fait que la perspective de créer des organes en laboratoire est encore très éloignée, et de ce fait, les autorités rapportent la survenue d’un phénomène appelé «tourisme de transplantation».

Une étude publiée en 2019 traite de la situation du tourisme de transplantation et montre qu’en Australie, l’un des pays où les autorités surveillent cette pratique, le nombre de personnes voyageant à l’étranger pour subir une telle procédure est plus élevé que le nombre de personnes dans les bases de données officielles.

Voyage pour transplantation

Les plus de 200 spécialistes interrogés ont expliqué que les deux tiers de leurs patients discutaient de la possibilité de voyager hors d’Australie pour obtenir un organe.

De plus, la moitié des médecins interrogés ont expliqué qu’ils soignaient au moins un patient ayant subi une transplantation en dehors du cadre légal en Australie.

Les scientifiques qui ont travaillé sur cette étude ont identifié 129 cas documentés de personnes ayant fait du tourisme de transplantation entre 1980 et 2018; ils expliquent qu’en réalité, le nombre de ces «touristes» pourrait être beaucoup plus élevé.

Le Dr Phil Clayton, chirurgien en transplantation rénale à l’hôpital Royal Adelaide en Australie-Méridionale, explique que les personnes souffrant d’insuffisance rénale sont celles qui ont recours au tourisme de transplantation parce que leur état de santé le permet.

Le malheur des pauvres

Les chercheurs expliquent que pour les Australiens ayant besoin d’une transplantation, des pays comme la Chine, l’Inde, le Pakistan et les Philippines sont très utiles.

Malheureusement, les problèmes de ces patients ont créé une «opportunité» économique pour les pauvres de ces États qui vendent leurs organes pour diverses sommes.

Carolyn Kitto, porte-parole de l’initiative Stop the Traffik, explique que les personnes qui vendent leurs organes peuvent recevoir des sommes allant de quelques centaines de dollars à plusieurs milliers de dollars, étant donné que les organes sont achetés par des patients australiens dont les montants peuvent aller de 50 000 à 100 000 dollars pour les reins et près de 400 000 dollars pour le foie ou le cœur.

Le marché des organes

Les rapports des années précédentes ont montré que ce marché d’organes pourrait s’élever à plusieurs milliards de dollars; 2.3 plus précisément en 2018.

Kevin Andrews, président de la sous-commission des droits de l’homme au Parlement australien, explique que ce marché exploite à la fois les problèmes des personnes ayant besoin d’une greffe mais aussi des donneurs qui sont souvent des personnes qui pour des raisons financières sont obligées de prendre la décision de donner leurs organes, note ABC.

Donner ses organes

Les scientifiques, mais aussi les politiciens, recherchent des solutions qui encouragent le don d’organes et réduisent considérablement le nombre de personnes qui utilisent le trafic d’organes.

L’une des mesures qu’ils ont identifiées se réfère à l’élargissement de la base de donateurs pour inclure des catégories qui étaient auparavant rejetées.

Ainsi, les médecins ont estimé que les organes des professionnel(le)s du sexe, des toxicomanes ou des détenus présentent un risque beaucoup plus élevé, même dans les cas où les donneurs ont été testés négatifs pour des maladies telles que le VIH, l’hépatite B et l’hépatite C.