L’encéphalite – de quoi s’agit-il?

L’encéphalite est une inflammation du cerveau qui résulte généralement d’une infection virale.

Lorsque le cerveau devient enflammé – il grossit et s’irrite – la circulation sanguine normale est altérée, ce qui entraîne des symptômes tels que confusion, fièvre et mal de tête. Parfois, cette inflammation peut également inclure s’étendre jusqu’aux méninges, une situation dans laquelle nous devons faire face à une méningo-encéphalite. L’encéphalite est une maladie plutôt rare.

Les causes de l’encéphalite

La cause la plus courante est le virus de l’herpès simplex, le même virus qui cause les blessures dans le froid et l’herpès génital.

Parmi les autres virus fréquemment impliqués dans la production d’encéphalite, on peut citer les virus responsables des oreillons, de la rubéole, de la rougeole, de la grippe et de la mononucléose (virus d’Epstein-Barr). Ces virus peuvent provoquer une maladie grave, mais peuvent rarement infecter le cerveau et provoquer une encéphalite.

Un autre groupe de virus, les arbovirus, peut transmettre l’encéphalite, notamment par les piqûres de moustiques et les tiques.

La plupart des personnes infectées par des tiques ou des moustiques ne développent pas de symptômes et seul un petit nombre de personnes développant des symptômes de morsure développent une encéphalite. Les encéphalites causées par des arbovirus ont tendance à se produire plus fréquemment au début de l’été et au début de l’automne, lorsque les tiques et les moustiques piquent les personnes qui passent plus de temps à l’extérieur.

Bien qu’elle soit très rare, l’infection par le virus de la rage peut également entraîner une encéphalite, qui est mortelle si le traitement n’est pas instauré avant l’apparition des symptômes.

Les symptômes de l’encéphalite

Il est important de demander un bilan médical d’urgence si une encéphalite est suspectée. La fièvre, les maux de tête (maux de tête graves) et la confusion sont les principaux symptômes.

Les autres symptômes possibles peuvent inclure:

– sensibilité anormale à la lumière (photosensibilité)

– nausée et vomissements

– rigidité du cou et de la nuque

– perte d’énergie (léthargie)

– étourdissements

Des symptômes plus graves peuvent se développer, notamment:

– convulsions ou tremblements

– changements de personnalité

– perte de mémoire

– difficulté à apprendre et à comprendre

– nervosité

– confusion

– hallucinations

-délire, qui représente un changement soudain de l’état mental, conduisant à la confusion et à un comportement inhabituel.

La forme la plus grave d’encéphalite peut entraîner le coma et la mort, surtout si elle n’est pas traitée. En règle générale, les symptômes qui se manifestent brutalement et dès le début sont plus susceptibles de provoquer une encéphalite mettant la vie en danger.

Bien que des complications telles que des problèmes d’élocution ou de mémoire puissent survenir, la plupart d’entre elles sont complètement guéries si un traitement contre l’encéphalite est instauré de manière urgente. Cependant, les chances de guérison complète diminuent si des symptômes graves tels que des convulsions ou un coma se produisent ou si le traitement est retardé.

Les stades naissants de l’encéphalite peuvent provoquer des symptômes similaires à ceux de la méningite, une maladie bactérienne ou virale grave provoquant une inflammation des tissus entourant le cerveau et la moelle épinière.

Investigations/diagnostic de l’encéphalite

Tests de laboratoire

Les tests de laboratoire pouvant être utilisés pour diagnostiquer l’encéphalite sont les suivants:

-Analyse du liquide dans la moelle épinière (le liquide céphalo-rachidien – LCR): il s’agit de l’un des tests de diagnostic les plus importants; les échantillons sont prélevés lors d’une ponction vertébrale dans laquelle une aiguille est insérée dans la partie inférieure de la colonne vertébrale entre les vertèbres; le liquide céphalo-rachidien est examiné pour rechercher des signes d’infection, tels qu’une augmentation du nombre de globules blancs et de la quantité de protéines;

– pour les encéphalites causées par le virus de l’herpès simplex, des traces de matériel génétique viral peuvent être recherchées; une culture virale peut être réalisée pour identifier le virus responsable de l’encéphalite; pour une culture virale, une petite quantité de liquide céphalo-rachidien est placée dans un récipient contenant certaines cellules sur lesquelles le virus se développe; peut prendre plusieurs semaines avant que les résultats des cultures virales soient prêts.

Tests d’imagerie

L’imagerie par résonance magnétique (IRM) dans la région de la tête peut être utilisée pour détecter des zones d’inflammation ou de saignements cérébraux causés par une encéphalite. Cependant, de nombreux patients atteints d’encéphalite ont une IRM normale.

Un autre test d’imagerie, le scanner (CT) du visage et de la tête, peut être utilisé pour voir ces changements dans le cerveau. Le scanner utilise les rayons X pour « photographier » le cerveau.

Tests sanguins

Les analyses de sang pour détecter les anticorps peuvent identifier certaines causes d’encéphalite, notamment les virus transmis par les moustiques et les virus qui causent la mononucléose (virus Epstein-Barr), le cytomégalovirus et la toxoplasmose.

Électroencéphalogramme (EEG)

Un électroencéphalogramme (EEG) peut aider à confirmer un diagnostic d’encéphalite. Un EEG enregistre l’activité électrique du cerveau au moyen d’électrodes montées sur la tête et connectées à un ordinateur. En cas d’encéphalite, l’EEG montrera une augmentation ou une diminution anormale de l’activité électrique. Cependant, l’EEG ne peut pas montrer si une activité électrique anormale est causée par une encéphalite.

Biopsie cérébrale

La biopsie cérébrale peut être utilisée pour rechercher la cause de l’encéphalite, en particulier si l’on soupçonne une encéphalite d’herpès simplex et que l’état clinique du patient ne s’améliore pas après le traitement par l’acyclovir (médicament antiviral utilisé pour traiter le virus de l’herpès simplex). Une IRM peut aider les spécialistes à déterminer où effectuer la biopsie si une biopsie est nécessaire. En utilisant l’IRM pour guider l’aiguille de biopsie, un petit morceau de tissu cérébral est extrait et examiné pour rechercher l’infection virale. La biopsie cérébrale est rarement utilisée car des analyses de sang et du liquide céphalo-rachidien peuvent permettre d’établir un diagnostic clair d’encéphalite causée par le virus de l’herpès simplex.

Traitement médical

Le traitement de l’encéphalite est effectué dans l’unité de soins intensifs d’un hôpital. Ici, les signes vitaux (pression artérielle, fréquence cardiaque, respiration et fluides corporels) sont étroitement surveillés.

Le traitement dépendra des symptômes et de la cause spécifique de l’encéphalite, si cette cause peut être identifiée.

L’encéphalite causée par le virus de l’herpès simplex ou le virus de la varicelle-zona est traitée à l’aide de l’acyclovir (médicament antiviral) administré par voie intraveineuse. Étant donné que le traitement précoce augmente les chances de guérison, il est important de commencer le traitement à l’aciclovir dès que l’infection par une encéphalite est suspectée, même si la cause exacte de la maladie est inconnue. Avec un traitement précoce, 70% des encéphalopathies d’herpès simplex sont guéries. Le traitement a le plus d’effet s’il est administré dans les 4 premiers jours du début de la maladie.

Le médecin doit être appelé d’urgence si des symptômes d’encéphalite tels que maux de tête sévères, fièvre et confusion sont remarqués, en particulier s’ils sont accompagnés d’une raideur de la nuque, de nausées, de vomissements et de vertiges.

Certains médecins utilisent le valacyclovir pour le traitement de l’encéphalite due à l’herpès simplex, même si ce médicament n’a pas été officiellement approuvé pour le traitement de l’encéphalite.

Les encéphalites causés par les arbovirus, qui sont transmis par les moustiques et les tiques, ne répondent pas à l’aciclovir ou à d’autres médicaments. Au lieu d’essayer de tuer le virus, les médecins traitent les symptômes pour que le patient soit à l’aise et que le corps guérisse de lui-même.

L’acétaminophène (paracétamol) ou les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS), tels que l’ibuprofène, l’aspirine ou le naproxène, peuvent réduire le fièvre.

Cependant, une légère fièvre peut aider à la guérison et n’est généralement pas traitée.

L’aspirine ne doit pas être administrée aux personnes de moins de 20 ans en raison du risque de développer le syndrome de Reye.

Les convulsions peuvent être traitées avec des anticonvulsifs tels que la phénytoïne (dilantine) ou le phénobarbital.

Un ventilateur (appareil respiratoire artificiel) et d’autres mesures de soutien peuvent être pris pour aider le patient qui rentre dans le coma.

Traitement ambulatoire

Comme l’encéphalite peut être une maladie mortelle, il n’est pas approprié de la traiter à la maison. L’encéphalite peut provoquer des symptômes tels qu’une forte fièvre, de graves maux de tête et de la confusion, ainsi que des nausées et des vomissements et éventuellement une raideur de la nuque. Une consultation médicale d’urgence devrait être nécessaire si une encéphalite est suspectée.

Après la sortie du patient de l’hôpital ou s’il est sous la surveillance d’un médecin, plusieurs semaines, voire plusieurs mois, peuvent être nécessaires pour qu’il soit complètement rétabli.

Des mesures peuvent également être prises à la maison pour réduire les symptômes prolongés de l’encéphalite:

-une nutrition adéquate et l’observance d’un programme de repos pour donner à l’organisme le temps de guérir

– observer les indications thérapeutiques relatives à l’ingestion de liquides. Parfois, trop de liquide peut causer un œdème cérébral et aggraver les symptômes de l’encéphalite.

– l’administration d’analgésiques tels que l’acétaminophène ou des anti-inflammatoires non stéroïdiens tels que le naproxène, l’ibuprofène ou l’aspirine contre les maux de tête, si le médecin ne vous a pas prescrit d’antalgique

– garder un faible éclairage si le patient est sensible à la lumière

– préservation de la patience pendant la convalescence. Cela peut prendre quelques semaines ou quelques mois, mais la plupart sont complètement rétablis.

En cas d’encéphalite pour des problèmes de faiblesse musculaire ou de coordination, le médecin peut vous prescrire une physiokinétothérapie et des exercices physiques. De plus, s’il y a des problèmes d’élocution ou de perte de mémoire, le médecin peut vous recommander des exercices d’élocution et des thérapies professionnelles.

Bien sûr, il serait préférable de prévenir l’encéphalite.

Prévention

Le risque d’encéphalite peut être réduit par:

– éviter les zones d’épidémie d’encéphalite virale

– si ces zones ne peuvent pas être évitées, on peut essayer de réduire le risque d’être piqué par les moustiques en utilisant des moustiquaires au fenêtres ou le spray anti-moustiques   

– rester à la maison à l’aube et au coucher du soleil, quand les moustiques sont les plus actifs

– porter un chemisier à manches longues et un pantalon long à la sortie

– éviter les parfums floraux, les savons, les lotions et les produits de soin des cheveux

parfumée; ils peuvent attirer les moustiques

– vaporiser sur les vêtements un spray anti-moustiques contenant de la perméthrine ou

DEET (N, N-diéthyl-méta-toluamide) pour prévenir les piqûres de moustiques par les vêtements;

-le spray peut également être appliqué sur la peau visible seulement; un spray efficace contient 35% de DEET;

-les concentrations supérieures à 50% ne se sont pas révélées plus efficaces; Évitez de vous vaporiser les mains car le spray peut irriter les yeux et la bouche

– ne jamais laisser des pots de fleurs vides, des seaux o autres éléments qui peuvent accumuler de l’eau de pluie, ceux-ci deviennent un excellent endroit pour multiplier les moustiques (après la pluie videz-les).

Il existe des vaccins contre les oreillons, la rubéole et la rougeole; ceux-ci sont des maladies qui peuvent provoquer une encéphalite (cela se produit extrêmement rare), mais les vaccins ne sont pas 100% sûrs. De plus, il n’existe pas encore un vaccin contre l’encéphalite provoquée par les moustiques.

Vous pouvez aussi lire: « Encéphalite, la version grand public »