Comment entraîner votre cerveau à cesser de s’inquiéter

Saviez-vous que des inquiétudes excessives affectent non seulement votre état mental, mais ont aussi un impact négatif sur votre santé physique?

[note] Alors qu’un peu d’inquiétude peut être même utile, car elle vous aide à vous préparer à la situation à venir, vous inquiéter trop affecte votre santé au point de vous stresser, de vous fatiguer, vous rend vulnérable à la dépression et même vous rend physiquement malade.[/note]

Lorsque vous vous inquiétez, la fréquence cardiaque augmente, vous transpirez davantage et la respiration devient beaucoup plus difficile. Vous pouvez également devenir pâle, étant donné que le sang se retire de la peau et se déplace vers les muscles afin de les préparer à la situation de «combat ou de fuite».

Comme le corps s’est préparé à répondre à la menace, la tension peut se transformer en douleurs causant des jambes faibles, des tremblements, des maux de tête et des maux de dos. La même tension peut même affecter le système digestif, provoquant la diarrhée ou la constipation.

En plus de cela, l’inquiétude chronique peut vous rendre vulnérable aux infections, aussi. Le stress et l’anxiété sont connus pour abaisser le système immunitaire, ce qui provoque le rhume ou même des maladies plus graves. Sans oublier qu’ils vous rendent encore plus fatigué et léthargique.

Les bonnes nouvelles sont que le cerveau est un organe très adaptable, et faire quelques changements de comportement peut notamment réduire les inquiétudes et vous aider à revenir à vos activités quotidiennes et à votre autofonctionnement. Vous trouverez ci-dessous trois pratiques simples qui peuvent être intégrées dans votre vie pour réduire les inquiétudes et calmer votre anxiété. Vérifie-les!

1. Écrivez vos soucis

Traduire vos soucis en mots concrets aide à transformer le doute et la pitié en un problème avec une solution potentielle. Si vous ne savez pas quoi porter à une fête ou un ami vous énerve, écrivez-le! Mettre vos inquiétudes en mots vous prépare à conceptualiser les problèmes et à trouver un moyen de résoudre le problème.

Selon une étude réalisée par des chercheurs de l’Université de Chicago, les candidats anxieux qui ont écrit leurs sentiments avant de faire le test ont fait beaucoup mieux que ceux qui ne l’ont pas fait. Les chercheurs croient que la clé pour écrire sur vos soucis est de souligner le pire résultat possible pour la cause de votre anxiété.

2. Pratiquez la méditation

À ce stade, il n’est pas étonnant que la méditation a un large éventail de propriétés curatives. De nombreuses études sur le sujet ont confirmé que le fait de fermer les yeux et d’écouter votre respiration aide à améliorer la stabilité mentale et la fonction cognitive.

Donc, chaque fois que vous vous sentez anxieux ou vous êtes dépassé par votre horaire serré, trouvez le temps de médiation. Tout ce dont vous avez besoin est un esprit ouvert et un espace tranquille! Assis pour aussi peu que deux minutes aident à se sentir plus centré, optimiste et lucide.

3. Mettez votre stress en exercice

L’exercice offre des avantages physiques et mentaux. Bien qu’il soit difficile au début, l’exercice régulier permet de reprendre le contrôle de votre vie. Ce sentiment de contrôle et d’estime de soi vous permet alors de réduire l’inquiétude et le stress.

Les médecins conseillent souvent aux patients déprimés de pratiquer des exercices aérobiques, car il a été démontré qu’ils diminuent les niveaux d’hormones de stress du corps, tels que le cortisol et l’adrénaline. En outre, il contribue également à stimuler la production d’endorphines, des produits chimiques dans le cerveau qui tuent la douleur et soulèvent vos esprits.