Qu’est-ce qui se passe dans le corps humain lors d’une phobie?

suivez-nous par email
Facebook
Facebook
Twitter
Instagram

Ces dernières années, sans explication claire, les cas d’anxiété, de peur ou même de phobie se multiplient.

Bien que la phobie soit généralement considérée comme une situation qui est plus sur la psychologie, il y a une explication somatique en ce qui concerne la phobie.

vers le Sommaire

Que signifie une phobie?

Selon le DEX (dictionnaire explicatif) des pathologies, la phobie est décrite comme une peur inexpliquée et incontrôlable d’un état, d’un objet ou d’une situation. Ne confondez pas une simple peur avec une phobie. La phobie doit surmonter certains paramètres d’anxiété pour entrer dans cette catégorie.

La peur inexpliquée qui affecte la vie quotidienne, qui nécessite d’éviter de toute façon les facteurs de phobies, peut être décrite ici. Donc, si, par exemple, il y a une phobie de hauteur – la personne évitera même d’accepter un poste payant si le bureau ou l’activité se situe à un grand étage.

Si une personne de la famille: un enfant, une épouse ou un parent est dans une situation à haut risque, mais ne peut être ni sauvée ni aidée car cela implique de faire face à la phobie (franchir un pont élevé dans le cas d’une phobie de hauteur), cette situation est déjà classée comme une phobie.

vers le Sommaire

Quand une phobie est de catégorie psychologique et quand psychiatrique?

Si cette phobie implique, comme nous l’avons mentionné, l’incapacité à faire face à quelque chose, même une fois, pour aider un être cher ou pour effectuer une tâche de service, cette phobie est déjà dans le prestige psychiatrique et surpasse les compétences psychologiques.

La phobie qui peut être guérie par la nature des instruments psychologiques est celle phobie où, si suffisamment de volonté existe, elle peut être confrontée et parfois vaincue. Pratiquement, le traitement d’une phobie impliquera exactement ceci, la confrontation répétée de la phobie jusqu’à ce que cet état d’anxiété disparaisse complètement.

Mais au début de la confrontation avec la phobie, il existe également un certain nombre de manifestations somatiques ou de manifestations de l’organisme qui créent un état d’inconfort ou un état d’affection plutôt déplorable.

Ces états somatiques: tachycardie (pouls accéléré), tachypnée (respiration accélérée et parfois saccadée) et la faiblesse de l’état debout ou l’état de déséquilibre sont produits par une série de mécanismes qui définissent ce qui se passe dans le corps humain lors d’une phobie.

vers le Sommaire

Comment apparaissent les phobies ?

Le mécanisme par lequel ces phobies sont acquises ou apparues n’est pas encore bien compris, c’est pourquoi il n’existe aucun traitement précis pour obtenir précisément cette réversibilité de la phobie.

Cependant, on sait qu’il existe des phobies avec lesquelles nous sommes nés et qui n’impliquent pas nécessairement une confrontation avec ces situations, mais sont innées. Dans ces situations, nous parlons de phobies communes chez les parents et de certaines caractéristiques génétiques qui sont transmises à la génération suivante.

Les phobies acquises font référence à celles qui apparaissent tout au long de la vie à différents âges. Donc, la personne ne connait pas une telle anxiété ou même au cours de sa vie dans des situations précédentes dans lesquelles elle a rencontré la situation ou l’objet qui a causé la phobie, elle n’a pas eu de réactions.

Cependant, en raison d’un traumatisme (une personne décédée par noyade peut provoquer une agoraphobie – peur des espaces ouverts ou de l’eau) ou des blessures (peur des voitures après un accident de la route), ce traumatisme déclenchera ce mécanisme qui produit dans le temps la phobie.

La phobie peut également être obtenue par une suggestion indirecte ou volontaire. C’est-à-dire que, dans le cas de parents extrêmement protecteurs, qui recommanderont constamment à l’enfant d’éviter les espaces élevés, éviter en permanence un animal ou un insecte en particulier provoquera la phobie dans le temps.

vers le Sommaire

Classification des phobies

Selon la classification classique des phobies, il n’existe que deux grandes catégories de phobies. C’est-à-dire la peur d’objets spécifiques (la peur ou l’angoisse de certains objets spécifiques), mais elle peut également être classée en cinq sous-catégories: peur des animaux, des espaces naturels, des situations, des blessures et peur des objets. Et la deuxième catégorie est l’agoraphobie ou l’anxiété des espaces ouverts où on peut intégrer et la phobie des situations sociales.

– Les phobies des objets et des animaux. Elles sont le plus souvent innées ou acquises (par le pouvoir de suggestion) sans un traumatisme causé par ces animaux ou insectes. Il existe des phobies qui peuvent souvent être facilement traitées par nature psychologique et impliquent dans de rares cas des problèmes psychiatriques. Arachnophobie dans la catégorie des phobies, la peur des araignées (qui peut être encadrée dans la peur des blessures ou des lésions).

Phobies de situations: peur des espaces fermés ou des espaces ouverts. Il y a donc claustrophobie (peur des espaces clos) ou agoraphobie (peur des espaces ouverts) et acrophobie (peur de la hauteur).

Phobies de situations sociales, où tombent la peur de connaître de nouvelles personnes, la peur de parler en public ou la peur du toucher, le contact physique avec d’autres personnes.

– Peur des situations naturelles: pluie, neige, eau, mer, montagne, etc. Ce type de phobie est le plus souvent associé à une situation traumatique survenue à la fois dans les antécédents de la personne, mais qui peut aussi s’être produite dans les antécédents familiaux de la personne concernée. Un traumatisme physique ou une blessure peut avoir causé une blessure mentale et pas seulement une blessure physique.

vers le Sommaire

Qu’est-ce qui se passe dans le corps humain lors d’une phobie?

La phobie est associée à une hypersécrétion d’adrénaline ou à une sécrétion excessive d’adrénaline. Cette adrénaline accélère tous les autres systèmes ou composants du système et prépare le corps à une future situation de stress, une situation qui doit être surmontée. La glande surrénale ou nommée, plus précisément, la glande surrénale médullaire est celle qui sécrète cette hormone.

De manière concomitante, ou plus précisément à cause de cette hormone, la personne commence à avoir une tachycardie, une augmentation du pouls spontanée et accentuée. Cette augmentation du pouls peut dépasser 120 battements / minute, ce qui peut diminuer assez rapidement après avoir retiré la personne de la situation génératrice de phobies ou de la crise d’anxiété. Le risque de cette tachycardie est que, si elle dépasse déjà 140 battements / minute, elle peut devenir très problématique, car elle peut éventuellement se solder par une difficulté de rythme appelée fibrillation.

En cas de fibrillation, le cœur ne créera plus de contractions efficaces en raison d’une vitesse trop élevée. Cependant, n’associez pas de crise d’anxiété ni d’augmentation du pouls à un risque moins élevé de fibrillation. En même temps, une crise d’anxiété dans une phobie n’entraînera pas forcément un pouls excessif ou trop soudain.

Si la fibrillation ventriculaire n’est pas corrigée, soit en retirant la personne de son environnement stressant, soit par un traitement médicamenteux ou psychothérapeutique, elle peut évoluer de manière défavorable même peut se solder avec un cas d’arrêt cardiaque.

Afin de s’adapter à cette augmentation du pouls, le système respiratoire sera également relié par une tachypnée. L’augmentation trop brusque et excessive de la respiration ou du rythme respiratoire peut entraîner des problèmes, car elle déclenche ce qu’on appelle une hyperventilation. L’hyperventilation signifie qu’il n’y aura pas d’inhalations et d’expositions adéquates, mais elles seront trop rapides pour être efficaces.

Ce maintien du corps en situation de stress prolongé nécessite une consommation supplémentaire de glucose. C’est pourquoi une crise hypoglycémique peut survenir après une sensation prolongée ou trop intense dans une phobie. Le plus gros consommateur de glucose est le cerveau.

S’il y a une forte diminution de la glycémie, elle sera particulièrement ressentie dans le cerveau. Votre cerveau réagit en augmentant les vertiges, et peut provoquer des symptômes somatiques tels que des nausées ou même des vomissements.

Les sensations de vertige ou de perte d’équilibre affectent le système nerveux végétatif, ce qui déclenche dans l’oreille interne (responsable du maintien des constantes à l’état d’équilibre) une série de dysfonctionnements conduisant à un état de vertige, ou d’instabilité des jambes. Les médicaments peuvent améliorer cette condition, mais uniquement sur ordonnance préalable du médecin.

Dans une situation où il existe une différence d’altitude (phobie de l’avion, peur des hauteurs et de l’escalade en montagne, etc.), vous pouvez également essayer d’équilibrer la pression dans l’oreille interne. La différence de pression crée également un état de déséquilibre. Les méthodes de maintien sous pression constante consistent à essayer d’ouvrir la bouche, à avaler fréquemment ou à sucer un bonbon (réflexe de déglutition).

Dans le même temps, une sensation de gêne et d’anxiété liée à la phobie produira une transpiration abondante. Cette transpiration entraîne la perte de minéraux liquides et concomitants. Il est bon que lorsque vous savez que vous allez être confronté à des situations dans lesquelles la phobie existante doit être consommée à l’avance, une plus grande quantité de liquides et, si possible, des compléments alimentaires ou en vitamines.

Un autre effet est la contraction musculaire involontaire. Celles-ci peuvent être de fortes contractions, mais se manifestent le plus souvent par des spasmes, des répétitions légères et rapides.

vers le Sommaire

Le traitement de la phobie

Indépendamment de la prescription pour traiter une phobie, qui comprend souvent une série de myorelaxants ou des médicaments calmants, il n’est pas recommandé de les utiliser à long terme. Dans tous les cas, il est absolument nécessaire de consulter un psychologue et un psychothérapeute pour que toute phobie repose sur un fondement psychologique.

Identifier la cause de la phobie (génétique – native, acquise, post-traumatique) est indispensable pour pouvoir adopter des mesures thérapeutiques psychologiques permettant de surmonter ce problème.

Les médicaments ne peuvent être administrés thérapeutiquement que pour la crise d’anxiété, c’est-à-dire si c’est la première fois que vous faites face à cette situation. Ainsi, il peut y avoir des médicaments antiémétiques (anti-vomissements), des médicaments pour installer une bradycardie (réduction du pouls) ou des diurétiques à effet hypotenseur (abaissement de la pression artérielle).

Tous les médicaments doivent être administrés après avoir consulté un médecin et il faut essayer de trouver une solution à moyen et long termes ne nécessitant plus de médicaments chimiques.

Print Friendly, PDF & Email
suivez-nous par email
Facebook
Facebook
Twitter
Instagram

Votre inscription a bien été prise en compte.

Une erreur s'est produite lors de la tentative d'envoi de votre demande. Veuillez réessayer.

EffetSanté.com will use the information you provide on this form to be in touch with you and to provide updates and marketing.