La vaccination commence. Dans quelles conditions le refus de vaccination sera-t-il autorisé

Si le vaccin ne marche pas des pensions d’invalidité serons accordées

Le parlement japonais a approuvé mercredi un projet de loi prévoyant la vaccination gratuite contre le COVID-19 des 126 millions d’habitants du pays, alors que l’épidémie reprend dans l’archipel japonais.

Le projet de loi, qui stipule que le gouvernement couvrira tous les coûts des vaccins, a été adopté par la chambre basse du parlement après avoir reçu l’approbation de la chambre haute.

Des doses commandées

Le Japon a pré-commandé des vaccins pour 60 millions de personnes auprès de la société pharmaceutique Pfizer et pour 25 millions de personnes auprès du laboratoire de biotechnologie moderne. Le gouvernement a également confirmé qu’il recevrait 120 millions de doses du vaccin développé par AstraZeneca.

Le projet de loi intervient deux semaines après que le Premier ministre Yoshihide Suga a déclaré que le Japon était en «alerte élevée» après un nombre record de nouveaux cas d’infection à coronavirus.

Le gouvernement devra rassembler des informations sur l’efficacité et l’innocuité des vaccins en cours de développement, étant donné que certains utilisent des gènes artificiels et d’autres technologies qui n’ont jamais été utilisées en dehors des conditions de laboratoire.

Si le vaccin ne marche pas

Bien que la loi recommande que les personnes soient vaccinées, le gouvernement permettra aux citoyens de refuser l’inoculation si l’efficacité et l’innocuité des vaccins n’ont pas été suffisamment démontrées au moment de l’approbation.

Si la vaccination entraîne des effets secondaires graves, le gouvernement prendra en charge les frais médicaux et les pensions d’invalidité qui en résultent.

Le Japon a été relativement moins touché par l’épidémie, signalant jusqu’à présent environ 150 000 cas d’infection et 2170 décès, et n’a pas imposé de mesures d’isolement décidées dans d’autres régions du monde, mais fait actuellement face à une nouvelle vague d’infections record par jour, dans un contexte où le gouverneur de Tokyo a exhorté les habitants à éviter les sorties non essentielles et a exhorté les magasins servant de l’alcool à fermer plus tôt, même si ces appels n’impliquent aucun mécanisme coercitif.