Pourquoi la vaccination doit être refusée?

Le virus est « fabriqué »

Depuis le début de la pandémie, le professeur Luc Montagnier, lauréat du prix Nobel de médecine, a fait plusieurs déclarations. L’une d’elles concerne l’origine « fabriquée » du virus et ses inserts identifiés par des modèles mathématiques qui permettent d’identifier les ruptures d’harmonie attendues. Cette découverte a été confirmée dans une étude rédigée avec le mathématicien Jean-Claude Perez, évaluée par des pairs, puis sur le plateau de FranceSoir, et par de nombreux experts internationaux jusqu’à ce qu’elle devienne l’une des hypothèses les plus probables, cessant d’être une thèse.

Il s’agit d’un appel aux dirigeants qui promeuvent, dans leur pays et à l’international, une vaccination de masse pour empêcher la propagation du nouveau coronavirus.

Sur la base des données expérimentales à ce jour, ils ont permis et encouragé des campagnes d’inoculation de masse pour de nouveaux types de vaccins.

Ces vaccins contiennent une partie de l’ARN du virus qui code sa protéine de surface pour lui permettre de se fixer aux cellules cibles. Les fabricants de ces vaccins croyaient et suggéraient naïvement que les organismes injectés provoqueraient une forte réponse en anticorps qui neutraliserait cette protéine de surface et empêcherait ainsi la transmission du virus.

Vaccinés vs non-vaccinés

Les vaccins produits par Pfizer, ModeRNA, Astra Zeneca n’empêchent pas la transmission du virus d’une personne à une autre, et les vaccins sont tout aussi susceptibles de le transmettre que les non-vaccins.

Dès lors, l’espoir d’obtenir une « immunité collective » en augmentant le nombre de vaccinés est totalement vain.

L’explication de cet échec est simple : la grande capacité de mutation du virus, ainsi que son haut degré de transmissibilité, permettent la sélection de variants résistants au vaccin.

C’est une course où le virus aura toujours une longueur d’avance.

Cette course doit être abandonnée et la vaccination obligatoire refusée, notamment du personnel médical, déjà bien informé sur les effets secondaires des vaccins actuels.

Luc Montagnier a proposé aux autorités des solutions qu’il juge salvatrices, dont le traitement précoce de l’infection au Covid par l’ivermectine, un médicament bon marché et très efficace, mais qui a été marginalisé pendant la pandémie, alors que personne ne se souciait de soigner la maladie, mais seulement en accélérant la vaccination (les vaccins ne sont pas des médicaments, non).

La vaccination ne doit pas être obligatoire

Le professeur Montagnier a bien pesé chaque mot lorsqu’il a lancé cet appel, qui est salué par la communauté des médecins et infirmiers, dont beaucoup sont ravagés par la décision du Conseil constitutionnel de rendre obligatoire la vaccination du personnel médical.