La toux – c’est quoi et pourquoi se produit-elle?

Qu’est-ce qu’une toux?

La toux est un acte réflexe, déclenché par une irritation des voies respiratoires et consiste en une expiration forcée (à une vitesse de 50 m / s), après une respiration profonde, afin de libérer les voies respiratoires du mucus ou des corps étrangers.

Qu’est-ce qui déclenche la toux?

Plusieurs stimulants de diverses maladies participent à l’apparition de la toux.

Stimulants inflammatoires

  • otite
  • trachéite
  • trachéo-bronchite
  • pneumonie
  • pleurésie

Stimulants mécaniques

  • poussière
  • fumée
  • tumeurs pulmonaires / médiastinales

Stimulants chimiques

  • vapeurs d’acide nitrique
  • vapeurs d’acide sulfurique
  • toxiques présentes dans la fumée de cigarette

Stimulants thermiques

  • variations de la température de l’air expiré

Stimulants psychogènes

  • la toux simulante
  • la toux hystérique

Quelles sont les caractéristiques de la toux?

Toux sèche (improductive) – se produit par l’action des récepteurs de la toux par des stimulants inflammatoires, mécaniques, chimiques, etc. On la retrouve dans la pharyngite, la laryngite et d’abord dans la bronchite aiguë, le néoplasme bronchopulmonaire, la tuberculose mais aussi dans la pleurésie. La cause la plus fréquente de toux sèche reste l’asthme.

La toux productive, avec élimination des expectorations, survient surtout le matin, lorsque la position du patient change (bronchite chronique, bronchectasie) lorsque la soi-disant «toilette bronchique» est effectuée.

Que sont les expectorations?

Les expectorations sont un produit pathologique qui résulte de la sécrétion pathologiquement accrue des glandes de la muqueuse bronchique et / ou d’un exsudat de celles-ci ou du tissu pulmonaire.

Il se forme normalement de façon permanente (environ 100 ml / 24h) et est évacué imperceptiblement par l’action de l’épithélium cilié jusqu’au niveau de l’hypopharynx et avalé inconsciemment.

La nature des expectorations peut contribuer considérablement au diagnostic. Elles peuvent être séreuses, muqueuses, muco-purulentes, purulentes ou hémoptotiques (expectoration contenant des traces visibles de sang).

La quantité d’expectorations varie considérablement, donc dans l’asthme et la bronchite, la quantité d’expectorations peut être minime, et dans la bronchectasie (maladie causée par une augmentation permanente et irréversible du calibre de plusieurs bronches) ou un abcès pulmonaire (en phase de drainage) atteint quelques centaines de millilitres / 24h.

Que veut dire la couleur des expectorations?

jaunâtre – il y un processus purulent

jaune vif – il y a des infiltrats pulmonaires avec éosinophiles à cause d’un excès d’éosinophiles (un type de globules blancs)

rouillée-brune – il y a une pneumonie lobaire

noir brunâtre – il y a une infection à Klebsiella pneumoniae

noir – il y a une pneumoconiose due aux particules de carbone

rouillée – à cause d’un traitement à la rifampicine (antibiotique)

rougeâtre – à cause de certains néoplasmes bronchiques

rouge foncé – à cause des caillots sanguins dus à la tuberculose, la bronchectasie, certains néoplasmes

séreux, mousseux, rose – il y a un œdème pulmonaire

Les types de toux

Toux aiguë

  • la cause la plus fréquente de se présenter chez le médecin de famille
  • accompagne généralement une infection virale des voies respiratoires supérieures
  • une toux post-virale peut persister pendant une période de temps considérable, plus de 3 semaines
  • âge: entre 16 et 64 ans. Le nombre de femmes qui consultent le médecin de famille en raison d’une infection des voies respiratoires supérieures est le double de celui des hommes
  • l’incidence des infections des voies respiratoires supérieures est plus élevée chez les enfants que chez les adultes
  • les symptômes associés à une toux aiguë nécessitant une radiographie pulmonaire:
    • hémoptysie;
    • dyspnée (difficulté à respirer) ;
    • fièvre;
    • douleur thoracique;
    • perte de poids
  • les causes de toux aiguë associées à une radiographie thoracique normale:
    • infections aiguës (bronchite aiguë);
    • inhalation de corps étrangers;
    • inhalation de fumée toxique;
    • infections virales des voies respiratoires

Toux chronique

Causes courantes:

  • médicaments antihypertenseurs – administration d’inhibiteurs de IECA (Captopril, Enalapril, Perindopril, Lisinopril)
  • administration de bêtabloquants
  • des troubles des voies respiratoires supérieures – syndrome de toux des voies respiratoires supérieures
  • reflux gastro-œsophagien
  • toux post-infectieuse
  • bronchite chronique
  • cancer du poumon
  • pneumonie

Causes rares:

  • bronchite à éosinophiles non asthmatique
  • bronchectasie
  • irritants par inhalation professionnels et environnementaux: fumée de cigarette, pollution, métaux lourds, aérosols biologiques
  • compressions trachéo-bronchiques
  • anévrismes aortiques
  • tuberculose pulmonaire
  • fibrose kystique
  • MPOC (maladie pulmonaire obstructive chronique)
  • insuffisance ventriculaire gauche
  • paralysie récurrente gauche causée par une lymphadénopathie
  • dyskinésie trachéo-bronchique hypotonique
  • néoplasme laryngé
  • sarcoïdose

L’asthme est la deuxième cause la plus fréquente de toux chronique. La toux est généralement associée à une dyspnée et une respiration sifflante, mais certains patients ne toussent que. Le diagnostic de l’asthme est basé sur les symptômes et la spirométrie, qui mesure les paramètres respiratoires.

Le reflux gastro-œsophagien (RGO) provoque une sensation de brûlure dans l’estomac, des nausées et une toux par irritation chimique et mécanique des voies respiratoires supérieures, par microaspiration de sécrétions dans les voies respiratoires inférieures et en stimulant le réflexe de toux œsophagienne-bronchique. Il est recommandé de suivre un régime sans aliments qui déclenchent des brûlures: donc, sans épices, alcool, aliments acides, plats épicés et frits, en évitant de s’allonger environ trois heures après un repas. En tant que traitement, les inhibiteurs de la pompe à protons (oméprazole, pantoprazole, etc.) sont indiqués, qui ont pour rôle de réduire l’acidité gastrique et l’inflammation.

La tuberculose pulmonaire est également une condition digne de considération chez les patients atteints de toux chronique. Les investigations consistent en un test cutané pour la tuberculine, une radiographie pulmonaire, un examen des expectorations et une culture pour le bacille de Koch.

La bronchectasie est une dilatation anormale et permanente des bronches, ce qui rend difficile l’élimination des sécrétions bronchiques, permettant ainsi le développement d’une infection. Elle se caractérise par une toux mucopurulente productive chronique, de la fatigue et un essoufflement (dyspnée). Aussi chez les gros fumeurs et pas seulement, la bronchite chronique et le cancer du poumon peuvent se manifester par une toux chronique.

La rhinite et la rhinosinusite d’étiologies diverses, caractérisées par un nez bouché, une rhinorrhée et des sécrétions post-nasales, qui peuvent provenir à la fois du nez et des sinus paranasaux, sont souvent associées à la toux.

! Il est à noter que toute toux qui persiste, tant chez l’adulte que chez l’enfant, est une toux chronique et peut masquer l’une des affections décrites ci-dessus.

Quelles investiations doivent être menées?

Une radiographie thoracique doit être réalisée chez tous les patients souffrant de toux chronique et chez ceux présentant une toux aiguë avec des symptômes atypiques.
Une fibro-bronchoscopie doit être réalisée chez tous les patients suspectés d’inhaler des corps étrangers et peut être utile chez les patients dont les autres examens sont épuisés.
La tomodensitométrie à haute résolution est une autre alternative lorsque toutes les investigations sont épuisées, en particulier en cas de toux persistante atypique.

Traitement de la toux?

Traitement antitussif non spécifique

  • Toux dans l ‘asthme bronchique – traitement par l’ administration de bêta 2 – agonistes et corticostéroïdes
  • Toux dans la rhinite chronique allergique ou non allergique – traitement par béclométhasone intranasale et les antihistaminiques
  • Toux due au reflux gastro-œsophagien – traitement diététique riche en protéines et pauvre en lipides ainsi qu’un traitement par procinétique en association avec des inhibiteurs de la pompe à protons (oméprazole, pantoprazole, etc.). Le patient doit éviter de s’allonger après un repas pendant au moins 2-3 heures. La tête doit être levée (sur l’oreiller). La disparition de la toux se produit en moyenne sur 5 mois
  • Toux dans la bronchite chronique – traitement par l’élimination des irritants (tabagisme par exemple), généralement avec un bon effet thérapeutique.

Traitement antitussif spécifique

Il est indiqué dans les cas où la toux est nocive (provoque de la fatigue, empêche le sommeil, en postopératoire ou en hémoptysie).

Des antitussifs opioïdes (codéine, codéthylline, folcodine) présentés sous forme de sirops et de comprimés sont utilisés, qui agissent en inhibant les centres nerveux cérébraux. Ils ont un effet sédatif et peuvent provoquer de la somnolence.

Complications de la toux