À chaque 100 ans une histoire. L’école en 1918, pendant la grippe espagnole.

Le virus de la grippe espagnole a tué environ 5 millions de personnes dans le monde, étant l’une des pandémies les plus meurtrières de l’histoire de l’humanité, qui a duré de janvier 1918 à décembre 1920. Aucun pays n’a été contourné par le terrible virus qui a ravagé, maintenant, plus de 100 ans.

Lire aussi: COVID-19 ne sera pas le dernier virus auquel nous serons confrontés

Alors que la grande majorité des villes américaines fermaient leurs écoles, trois d’entre elles ont choisi de les garder ouvertes – New York, Chicago et New Haven, selon les historiens.

Les décisions des responsables de la santé dans ces villes reposaient en grande partie sur l’hypothèse des responsables de la santé publique selon laquelle les élèves étaient plus en sécurité à l’école. À cette époque, c’était l’apogée de l’ère progressiste, avec un accent sur l’hygiène dans les écoles, et le nombre d’infirmières disponibles pour chaque élève était beaucoup plus élevé que nous ne pouvons l’imaginer maintenant.

Lire aussi: Aucun vaccin ne peut être produit contre la Covid-19. Pourquoi?

Des maisons insalubres

New York comptait près d’un million d’écoliers en 1918, et environ 75% d’entre eux vivaient dans des maisons surpeuplées, souvent insalubres, selon un article de Public Health Reports de 2010.

« Pour les élèves des quartiers avec de tels logements, l’école a fourni un environnement propre et bien ventilé, où les enseignants, les infirmières et les médecins effectuaient déjà des inspections médicales de routine et approfondies », selon l’article de Public Health Reports.

La ville de New York a été l’une des plus touchées par la grippe, déclare le Dr Howard Markel, historien médical et directeur du Center for the History of Medicine de l’Université du Michigan, co-auteur de l’article.

« Les enfants quittaient souvent leur foyer insalubre pour aller à l’école dans de grands bâtiments propres et aérés, où un système d’inspection et d’examen rigoureux était toujours en place », a déclaré le Dr Royal S. Copeland, commissaire à la santé de New York.

Lire aussi: La pollution fait plus de victimes que le célèbre coronavirus

Les étudiants n’étaient pas autorisés à se rassembler en dehors de l’école et devaient immédiatement signaler de telles situations à l’enseignant, selon Copeland.

Sécurité sanitaire

Les enseignants vérifiaient soigneusement leurs élèves pour détecter tout signe de grippe et les enfants présentant des symptômes étaient isolés. Les élèves atteints de fièvre étaient ramenés à la maison par un représentant du ministère de la Santé pour évaluer si les conditions à la maison étaient propices à «l’isolement et aux soins».

Si les critères d’évaluation n’étaient pas remplis, les enfants étaient envoyés à l’hôpital. « Le service de santé a demandé aux familles des enfants qui se rétablissaient à domicile soit d’être sous la surveillance d’un médecin de famille, soit de recourir gratuitement aux services d’un médecin du système public », indique également la source citée.

L’argument de Chicago pour laisser les écoles ouvertes à 500 000 élèves était similaire: garder les écoles ouvertes éloignerait les enfants des foules et des adultes infectés. Si la distanciation sociale avait été utile à l’époque, les mesures scolaires auraient été plus faciles à gérer, du fait que l’absentéisme a augmenté pendant la pandémie, peut-être aussi en raison du phénomène chez les parents dont un responsable de la santé publique du Chicago l’a appelé «phobie de la grippe».

« Le taux d’absentéisme était très élevé, peu importe que les écoles soient ouvertes », a déclaré Markel. Une partie de la stratégie de Chicago a été d’assurer une recirculation de l’air pur. Les salles de classe étaient surchauffées pendant l’hiver de sorte que les fenêtres pouvaient rester ouvertes à tout moment, selon un document de 1918 du ministère de la Santé de Chicago. Le document a conclu, après une analyse approfondie des données, que «la décision de garder les écoles de la ville ouvertes pendant l’épidémie de grippe était justifiée».

Et à New York, le commissaire à la santé Copeland a déclaré au New York Times: « Il valait bien mieux avoir des enfants sous la surveillance constante de personnes qualifiées que de fermer les écoles. »

Markel, qui, avec d’autres chercheurs, a examiné les données historiques et les dossiers concernant la réponse de 43 villes à la pandémie de 1918, n’est pas aussi convaincu. New York « n’a pas fait le pire, mais il n’a pas fait le meilleur non plus », a déclaré Markel, ajoutant que les décisions de Chicago étaient un peu meilleures.

La recherche a montré que les villes qui ont mis en œuvre la quarantaine et l’isolement, les fermetures d’écoles et l’interdiction des rassemblements publics ont fait le mieux pour gérer la pandémie. « Les villes qui ont pris plus d’une de ces mesures ont fait mieux. La fermeture des écoles faisait partie de cette contribution », a déclaré Markel.

Les experts en santé publique, dont Markel, soulignent que la maladie Covid-19 n’est pas similaire à la grippe espagnole, qui était une maladie bien connue en 1918. Il y a beaucoup plus à apprendre sur le nouveau coronavirus et la maladie qu’il provoque. La décision la plus sage, de l’avis de Markel, est de garder les écoles fermées: « Il vaut mieux prévenir que guérir ».