Découverte qui peut compliquer la création d’un vaccin anti-Covid-19

L’immunité acquise grâce à la guérison disparaîtrait dans quelques mois.

L’immunité apportée par les anticorps à la guérison de Covid-19 disparaîtrait dans quelques mois, selon une nouvelle étude. Ce qui risque de compliquer la création d’un vaccin efficace à long terme – qui doit être soit plus fort soit à administrer régulièrement, selon un expert, rapporte l’AFP (L’agence France-Presse).

« Ce document confirme que la réponse avec des anticorps protecteurs chez les personnes infectées par le SRAS-CoV-2 (…) semble décliner rapidement ».

« Le développement de vaccins devra fournir une protection plus forte et plus durable contre les infections naturelles ou être administré régulièrement », a ajouté le médecin, qui n’a pas participé à l’étude.

« Si l’infection vous donne un niveau d’anticorps qui chute en deux à trois mois, le vaccin fera probablement la même chose » et « une seule injection peut ne pas suffire », a déclaré à The Guardian le Dr Katie Doores, l’auteur principal de l’étude.

L’étude menée par le prestigieux King’s College de Londres, qui n’a pas été évaluée par des collègues, a été publiée en ligne sur le site Internet de medrxiv.

Les chercheurs ont étudié la réponse immunitaire de plus de 90 cas confirmés – dont 65 testés par des tests virologiques – et montrent que le niveau d’anticorps neutralisants, capables de détruire le virus, culmine en moyenne trois semaines après les symptômes puis baisse rapidement.

Selon les analyses de sang, les mêmes personnes qui présentent des symptômes bénins ont eu une réponse immunitaire au virus, mais généralement inférieure à celle des formes plus sévères.

Seulement 16,7% des sujets avaient de forts niveaux d’anticorps neutralisants 65 jours après le début des symptômes.

L’étude a également tendance à briser la politique basée sur l’immunité collective, qui est censée protéger tout le monde, une fois qu’un grand pourcentage de la population est devenu immunisé après l’infection.

Cependant, les experts soulignent que l’immunité n’est pas uniquement basée sur des anticorps et que le corps produit également des cellules immunitaires – B et T – qui jouent un rôle dans la défense.

« Même si vous n’avez pas d’anticorps circulants détectables, cela ne signifie pas que vous n’avez pas nécessairement une immunité protectrice, car vous avez probablement des cellules avec une mémoire immunitaire qui peuvent entrer en action rapidement, pour exiger une nouvelle réponse immunitaire, si vous rencontrez à nouveau le virus », a déclaré Mala Maini, professeur d’immunologie virale, consultante à l’University College London.

Jusqu’à ce que l’on en trouve davantage, « même ceux qui ont un test d’anticorps positif – en particulier ceux qui ne peuvent pas expliquer où ils ont été exposés – doivent faire preuve de prudence, se distancier socialement et porter un masque approprié » , prévient James Gill, professeur honoraire à la Warwick Medical School Clinic.