Un parasite chez les chats, associé à un risque accru de cancer du cerveau chez l’humain

Le parasite Toxoplasma gondii, qui se reproduit chez les chats et se propage généralement à l’homme par la viande crue, pourrait augmenter le risque de cancer du cerveau chez l’humain, suggère une nouvelle étude.

Les chercheurs ont trouvé un lien entre la présence d’anticorps contre Toxoplasma gondii dans le sang humain, ce qui indique une exposition antérieure au parasite, et le développement du « gliome », le cancer du cerveau le plus courant.

La recherche a été publiée le 11 janvier dans l’International Journal of Cancer et « suggère que les individus plus exposés au parasite T. gondii sont plus susceptibles de développer un gliome », a déclaré Anna Coghill, l’une des auteurs et épidémiologiste de l’étude au Moffitt Cancer Center à Tampla, en Floride. Cependant, Coghill a souligné que les découvertes récentes « doivent être reproduites dans un groupe d’individus plus diversifié et plus large » et que le risque global d’une personne de développer ce type de cancer au cours de la vie reste faible.

Pourquoi le parasite a besoin du chat?

Cependant, la nouvelle étude ne peut pas prouver une relation causale avec certitude. «Cela ne signifie pas que T. gondii provoque définitivement un gliome dans n’importe quelle situation. Certaines personnes atteintes de gliome n’ont pas d’anticorps dirigés contre T. gondii et vice versa », a déclaré James Hodge, un autre auteur de recherche et épidémiologiste à l’American Cancer Society à Atlanta, aux États-Unis.

T. gondii infecte la plupart des animaux à sang chaud, y compris les humains. Cependant, le parasite ne subit une reproduction sexuée que chez les chats, il doit donc les infecter afin de compléter son cycle de vie. Le parasite, qui peut infecter le cerveau, est connu pour perturber le comportement des rongeurs et les rendre moins méfiants face au danger posé par les chats, facilitant ainsi leur propre reproduction.

Le parasite a été associé à un comportement à risque chez l’humain

Le parasite a également été associé à un comportement à risque chez l’humain. Bien que les humains puissent être exposés au parasite par les excréments d’un animal infecté, une voie d’exposition plus courante consiste à ingérer de la viande crue ou préparé mais non frais d’un animal infecté.

Les infections à T. gondii sont courantes et touchent environ 2 milliards de personnes dans le monde, 40 millions de personnes étant infectées aux États-Unis seulement. La plupart des gens ne présentent aucun symptôme car le système immunitaire combat le parasite et le maintient sous contrôle, mais il existe également de rares cas où le parasite peut provoquer des symptômes graves, y compris une perte de vision, selon les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) des États-Unis.

La première opportunité concrète pour prévenir cette tumeur

Le «gliome» est un type de cancer mortel et le «glioblastome» est son sous-type le plus mortel. Le taux de survie estimé à cinq ans n’est que de 6% pour les personnes de plus de 55 ans, par rapport à la population générale sans cancer.

Si d’autres études confirment ces résultats, « réduire l’exposition à ce pathogène commun d’origine alimentaire serait la première opportunité concrète de prévenir cette tumeur cérébrale très agressive », ont conclu les scientifiques.