Pourquoi le coronavirus tue plus d’hommes que de femmes?

Que disent les spécialistes?

Dans des pays comme l’Italie, parmi les personnes testées positives, près de 60% sont des hommes et plus de 70% des patients décédés sont des hommes, selon l’Institut national de la santé d’Italie. Même dans des pays comme la Corée du Sud, où le pourcentage de femmes testées positives est supérieur à celui des hommes, environ 54% de tous les décès signalés sont des hommes.

Tabagisme, consommation d’alcool, mauvaise santé générale – les chercheurs affirment que certains des facteurs pourraient expliquer pourquoi le coronavirus tue plus d’hommes que de femmes.

Les journalistes ont tenté de trouver des explications au phénomène et ont demandé l’avis d’un certain nombre d’épidémiologistes.

La docteure Deborah Birx, coordinatrice de la crise des coronavirus désignée par la Maison Blanche, estime qu’il est très important de comprendre qui est le plus vulnérable au virus, d’autant plus que la pandémie aux États-Unis est survenue plus tard.

Même si les données obtenues en temps réel ne sont pas très précises, les experts disent qu’elles sont suffisantes pour confirmer que les hommes sont plus à risque de mourir du COVID-19. Selon les pays, le pourcentage peut être 10%, 50% ou même 90% plus élevé que pour les femmes, explique Sarah Hawkes, professeur à University Collage London.

L’explication donnée par les spécialistes est que les hommes ont un état de santé moins bon que les femmes à cause des défauts.

Dans le monde, 36% des hommes sont fumeurs, contre seulement 7% chez les femmes. En revanche, un homme consomme en moyenne 11 litres d’alcool par an, contre 2 litres, autant qu’une femme en consomme.

Le Dr Luis Ostrosky-Zeichner, spécialiste de la McGovern Medical School à UTHealth au Texas, a déclaré que d’autres maladies, telles que le SRAS ou le MERS, ont rapporté un montant disproportionné en ce qui concerne le sexe des victimes.

Au cours de l’épidémie de SRAS à Hong Kong, plus d’hommes que de femmes ont présenté des symptômes aggravants et ont même dû être intubés pour respirer artificiellement.

En outre, il y a plus d’hommes dans le monde que de femmes qui ont les conditions suivantes (maladies secondaires): hypertension artérielle, maladie coronarienne, maladie pulmonaire ou qui ont eu au moins une crise cardiaque.

L’Italie compte 7 millions d’hommes qui fument et environ 4,5 millions de femmes qui fument, selon les statistiques.