Le nouveau coronavirus pourrait-il un jour devenir un simple rhume?

Le SRAS-CoV-2, ce virus mortel, peut-il devenir un jour un virus qui circule normalement et ne provoque que des symptômes bénins? Les scientifiques ont une réponse intéressante à cette question.

Un jour, la pandémie prendra fin. Les scientifiques ne savent pas comment cette fin se déroulera, mais une nouvelle étude propose une variante: le SRAS-CoV-2 peut ne pas disparaître complètement, mais devenir un virus couramment en circulation, tout comme le rhume ou la grippe saisonnière.

Cette recherche, publiée dans la revue Science, est basée sur des tests sur d’autres coronavirus, dont la plupart ne provoquent que des symptômes bénins chez l’humain. Il existe six coronavirus qui infectent les humains, dont quatre sont «endémiques» ou circulent régulièrement parmi les populations humaines et provoquent le rhume.

Quelles sont les prédictions des scientifiques sur l’évolution du SRAS-CoV-2

Les deux autres coronavirus – ceux qui causent le syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) et le syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS) – ont un potentiel de mortalité plus élevé, bien que le premier ait été éliminé il y a des années et le second a été isolé, informe Live Science.

Pour créer leur modèle, un groupe de chercheurs a analysé les données précédemment publiées sur les quatre coronavirus les plus bénins et a constaté que «l’immunité qui bloque l’infection diminue rapidement, mais l’immunité qui réduit la maladie est durable», ont écrit les auteurs de l’étude.

En d’autres termes, les gens peuvent être infectés encore et encore, mais ils contractent rarement des maladies graves, a déclaré l’auteure principale Jennie Lavine de l’Université Emory à Atlanta, aux États-Unis.

Quelles données les chercheurs ont-ils collectées jusqu’à présent?

Presque tout le monde attrape l’un de ces coronavirus endémiques pendant l’enfance; et ces infections précoces confèrent une immunité partielle aux adultes infectés. « La réinfection est possible dans un délai d’un an, mais même si elle se produit, les symptômes sont bénins et le virus est éliminé du corps plus rapidement », a déclaré Lavine.

Malheureusement, il n’y a pas de données à long terme similaires sur la durée de l’immunité pour le nouveau coronavirus SARS-CoV-2 qui cause la COVID-19.

« On ne sait pas combien de temps durera l’immunité à partir des vaccins ou des infections naturelles ».

« On ignore également dans quelle mesure les vaccins et les infections naturelles empêcheront la transmission ou réduiront la gravité de la maladie ».

Le modèle suppose cependant que l’immunité au SRAS-CoV-2 fonctionnera de la même manière que ces autres coronavirus endémiques.