La pilule qui pourrait détecter le cancer

Suivez-nous par Email
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Pinterest
Suivez-nous sur Pinterest
Suivez-nous sur Instagram

Des chercheurs de l’Université de Stanford, dans l’état de la Californie, ont créé une pilule qui pourrait aider à identifier les cancers au stade précoce dans le corps.

Des chercheurs américains travaillent depuis de nombreuses années à la mise au point d’une pilule qui pourrait amener les cellules cancéreuses à libérer certaines protéines dans le sang.

En théorie, ces protéines pourraient ensuite être détectées par un test sanguin rapide et facile. Les chercheurs américains espèrent que la nouvelle pilule aura un degré de sensibilité suffisant pour fonctionner même sur les cancers à un stade précoce.

L’étude des chercheurs américains, coordonnée par John Ronald et Sanjiv Gambhir, a été publiée lundi dans Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS).

Il y a deux ans, les chercheurs ont présenté les résultats préliminaires de leur étude lors du Congrès mondial de l’imagerie moléculaire.

Le nouveau test pourrait détecter les cellules cancéreuses libérées par les tumeurs dans le sang.

Les scientifiques savent que ces cellules individuelles sont dans le sang de patients malades de cancer, mais leur volume est si petit que leur détection a été impossible jusqu’à présent.

L’invention des scientifiques de l’Université de Stanford consiste à administrer aux patients un médicament contenant des fragments d’ADN circulaires qui pénètrent dans les cellules tumorales.

Ces fragments d’ADN, appelés « mini-cercles » – font que les cellules cancéreuses sécrètent une protéine spécifique dans le sang.

Lors de la conférence de 2013, les auteurs de l’invention ont déclaré: « Nous avons mis au point des techniques d’ADN ciblant spécifiquement les tumeurs qui les incitent à sécréter de la phosphatase alcaline ou de la luminescence luciférase (protéine), validant ainsi le processus de détection des tumeurs. »

« Celles-ci peuvent être détectées par un sérum spécifique et par des tests d’imagerie non invasifs afin de séparer les patients porteurs de tumeurs de ceux qui sont en bonne santé. Notre méthode est applicable à de nombreuses populations de patients et à plusieurs types de tumeurs. », ont ajoutés les auteurs de la découverte.

La nouvelle pilule pourrait bientôt être recommandée à toutes les personnes appartenant aux catégories de risque de cancer.

Qu’est-ce que le cancer?

Suivez-nous par Email
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Pinterest
Suivez-nous sur Pinterest
Suivez-nous sur Instagram

Restez informé! Pour vous et vos amis!