Pancréatite aiguë. Qu’est-ce que c’est et comment traiter?

Description

La pancréatite aiguë est considérée comme le résultat d’une «évasion» d’enzymes pancréatiques activées provenant de cellules acineuses dans les tissus environnants. La plupart des cas (80%) sont liés à un trouble des voies biliaires (voies biliaires, généralement de moins de 5 mm de diamètre) ou à une consommation excessive d’alcool.

Outre ces causes fréquentes de pancréatite aiguë, il existe de nombreuses autres causes telles que:

– hypercalcémie

– traumatisme abdominal

– hyperlipémie (chylomicronémie, hypertriglycéridémie)

– médicaments (sulfamides, diurétiques thiazidiques)

– vascularite

– infections virales (oreillons)

– pancréatite post-angiangiopancréatine (CPER) endoscopique rétrograde qui survient chez 5 à 10% des patients subissant cette investigation.

La pancréatite aiguë est une inflammation soudaine du pancréas, qui peut être légère ou mettre la vie en danger, mais qui guérit généralement complètement.

Les femmes sont environ 1,5 fois plus touchées que les hommes par la pancréatite provoquée par les calculs biliaires.

Normalement, le pancréas sécrète le fluide pancréatique dans le duodénum par le canal pancréatique. Le fluide pancréatique contient des enzymes digestives sous forme inactive et des inhibiteurs qui inactivent les enzymes qui s’activent avant d’atteindre le duodénum.

L’obstruction du canal pancréatique par un calcul biliaire bloqué dans le sphincter d’Oddi arrête l’écoulement du liquide pancréatique. En règle générale, le blocage est temporaire et conduit à des lésions limitées, qui guérissent rapidement. Cependant, si le blocage persiste, les enzymes activées s’accumulent dans le pancréas, l’emportent sur l’action des inhibiteurs et commencent à détruire les cellules pancréatiques, provoquant une inflammation sévère.

Une consommation quotidienne de seulement 50 ml d’alcool (un demi-verre de vin, quatre bouteilles de bière ou 150 ml de liqueur) pendant plusieurs années peut entraîner une obstruction des canaux pancréatiques qui affluent dans les canaux pancréatiques avec l’apparition d’une pancréatite aiguë.

La crise de pancréatite peut être précipitée par l’ingestion de grandes quantités d’alcool ou par un repas copieux. La pancréatite peut également être causée par de nombreuses autres affections.

Il existe de nombreux médicaments qui ont une action irritante sur le pancréas. L’inflammation disparaît généralement lorsque l’administration est interrompue. Les virus peuvent également causer une pancréatite, généralement de courte durée.

Les caractéristiques essentielles de la pancréatite aiguë sont:

– Installation soudaine de douleurs épigastriques profondes et souvent irradiées

– nausée

– vomissements

– transpiration

– faiblesse

– sensibilité abdominale

– distension abdominale

– fièvre

– leucocytose (augmentation du nombre de globules blancs)

– hyperamilage (augmentation de l’amylase plasmatique)

– hyperlipasémie (augmentation de la lipase sérique)

– épisodes précédents similaires dans l’histoire, souvent liés à la consommation d’alcool.

Complications

– irritation et inflammation de la membrane recouvrant la cavité abdominale (péritonite)

– les enzymes activées et les cytokines peuvent être absorbées par l’abdomen dans les vaisseaux lymphatiques et finalement se retrouver dans la circulation sanguine où elles provoquent une baisse de la pression artérielle et des lésions des organes situés à l’extérieur de la cavité abdominale

-une pancréatite aiguë sur cinq présente une tuméfaction du haut de l’abdomen à la suite de cessation du transit intestinal (iléus) ou du fait que le pancréas hypertrophique devient volumineux et pousse l’estomac vers l’arrière. En outre, le liquide peut s’accumuler dans la cavité abdominale (une maladie appelée ascite)

Ascite: c’est quoi et quelles sont les causes

– du sang et du suc pancréatique peuvent s’accumuler dans la cavité abdominale avec une diminution du volume sanguin circulant et une réduction significative de la pression artérielle pouvant évoluer en état de choc

Diagnostic

Une douleur abdominale caractéristique fait suspecter le médecin de la présence d’une pancréatite aiguë, en particulier chez une personne atteinte d’une maladie de la vésicule biliaire ou chez un patient alcoolique. L’examen physique révèle la raideur des muscles de la paroi abdominale. Lors de l’écoute de l’abdomen avec le stéthoscope, il est à noter que les bruits intestinaux sont très diminués ou même absents.

Il n’existe pas de test sanguin pour prouver le diagnostic de pancréatite aiguë, mais certaines analyses, utilisées conjointement, suggèrent bien la maladie perçue.

Les radiographies abdominales classiques montrent des intestins dilatés ou rarement un ou plusieurs calculs biliaires. Les radiographies thoraciques peuvent montrer des régions de poumon collabées ou une accumulation de liquide dans la cavité pleurale. Les ultrasons indiquent la présence de calculs dans vésicule biliaire ou parfois dans le canal biliaire principal et montrent également la taille élargie du pancréas.

La tomodensitométrie (TDM) est particulièrement utile pour détecter les variations de taille du pancréas, chez les patients atteints de pancréatite aiguë sévère ou présentant des complications telles que l’hypotension marquée. Comme les images sont très claires, les informations du scanner aident à déterminer le diagnostic.

Traitement

Le traitement de la pancréatite aiguë légère, en particulier chez les patients présentant des crises récurrentes, implique généralement des analgésiques pour le soulagement de la douleur et pour une meilleure ingestion de liquides simples.

Dans les cas de pancréatite modérée ou grave, une hospitalisation est nécessaire. Tous les patients doivent d’abord éviter les aliments et les liquides, car ils stimulent la production d’enzymes par le pancréas. Si des symptômes, tels que des douleurs ou des nausées, disparaissent rapidement et qu’aucune complication ne se produit, l’alimentation normale peut être reprise, mais à travers un tube directement dans le tube digestif. Et si les symptômes ne s’améliorent pas ou si des complications surviennent, des liquides intraveineux sont utilisés pour prévenir la déshydratation et l’hypotension, qui peuvent aggraver la pancréatite.

Les personnes atteintes de pancréatite aiguë sévère sont généralement hospitalisées dans l’unité de soins intensifs, où les signes vitaux (pouls, pression artérielle et fréquence respiratoire) et la production d’urine peuvent être surveillés en permanence.

Des analyses répétées sont effectuées pour surveiller les concentrations de divers composants dans le sang, tels que l’hématocrite, le glucose, les électrolytes, les globules blancs, l’amylase et la lipase. Il est possible d’insérer un tube dans la cavité nasale qui avance vers l’estomac pour extraire l’air et les liquides, en particulier si les nausées et les vomissements persistent et que l’iléus gastro-intestinal est présent.

Chez les personnes dont la tension artérielle chute ou est en état de choc, le volume sanguin est maintenu par une administration de liquide par voie intraveineuse et la fonction cardiaque est surveillée de près.

Certains patients ont besoin de plus d’oxygène et ceux souffrant d’une maladie très grave ont besoin d’air ventilé. Les douleurs sévères sont généralement traitées avec des opioïdes.

Parfois, une intervention chirurgicale est nécessaire pour enlever le tissu pancréatique nécrotique ou infecté.

Lorsque la pancréatite est causée par une lithiase biliaire, la maladie dépend de la gravité de la maladie. S’il est léger, le retrait de la vésicule biliaire peut être annulé jusqu’à ce que les symptômes s’améliorent.

La pancréatite sévère produite par les calculs biliaires est traitée par colangiopancréatographie endoscopique rétrospective (CPRE) ou intervention chirurgicale.

Bien que plus de 80% des patients atteints d’une telle pancréatite éliminent les calculs biliaires spontanés, une extraction CPRE est généralement requise chez les patients dont l’état ne s’améliore pas après les premières 24 heures d’hospitalisation.

La chirurgie consiste à enlever la vésicule biliaire et à nettoyer les voies biliaires.

Chez une personne âgée atteinte de maladies telles que les maladies cardiaques, l’endoscopie est généralement utilisée comme première méthode, mais si les résultats ne s’améliorent pas une chirurgie est envisagée.

Pronostic

Si l’évaluation CT (scan) montre que le volume du pancréas n’est que légèrement augmenté, le pronostic est excellent. Cependant, lorsque de vastes régions de tissu pancréatique perturbé sont observées, le pronostic est défavorable.

Dans le cas d’une pancréatite aiguë légère, le risque de décès est faible, autour de 5%, mais chez les patients présentant des lésions graves et une hémorragie sévère, ou lorsque le processus inflammatoire ne se limite pas au pancréas, le risque de décès peut atteindre jusqu’à 10% voir 50%.

La mort est causée par une insuffisance cardiaque, une insuffisance rénale ou pulmonaire, une infection pancréatique ou un pseudo-kyste qui se rompt ou qui saigne.