Le diabète – la peste de notre époque

Le diabète est l’une des maladies chroniques non transmissibles les plus répandues et la maladie endocrinienne la plus répandue. Elle se caractérise par des troubles du métabolisme entier, en particulier du métabolisme des glucides et par des complications affectant les yeux, les reins, les nerfs et les vaisseaux sanguins.

[note] Le diabète est une maladie dans laquelle le corps ne produit pas suffisamment d’insuline ou ne l’utilise pas efficacement. [/note]

Propagation

Par sa fréquence, le diabète entre dans la catégorie des maladies dites chroniques de la civilisation. Aussi simple que cela puisse paraître aujourd’hui, il est difficile de déterminer la prévalence du diabète dans une population donnée. Cela est dû en grande partie au fait que les normes de diagnostic des maladies ne sont pas encore appliquées de manière uniforme.

On estime que 2 à 6% de la population d’Europe occidentale et d’Amérique du Nord souffrent de cette maladie. Plus inquiétant, près d’un tiers de ces personnes n’ont pas conscience de la maladie. La maladie est plus fréquente chez les habitants des grandes villes que ceux des zones rurales.

Types de diabète

Le diabète est regroupé en plusieurs formes de maladies avec des manifestations et des causes distinctes, à savoir:

Diabète de Type 1

Diabète de type 2

Diabète gestationnel

Causes

– Les causes du diabète ne sont que partiellement élucidées. D’une part, on sait que l’apparition de deux types de diabète (I et II) est liée dans une certaine mesure à des facteurs génétiques. Par ailleurs, les facteurs environnementaux jouent également un rôle important.

– Un des facteurs environnementaux responsables du diabète de type 1 dans de nombreux cas serait un virus qui infecte les cellules bêta productrices d’insuline dans le pancréas. Cette hypothèse est étayée par des preuves cliniques et expérimentales. L’infection virale peut induire le diabète soit en détruisant les cellules productrices d’insuline, soit en déclenchant une réponse immunitaire.

– Un autre facteur qui semble prédisposer au diabète auto-immun (type 1) serait la consommation de lait de vache ou de produits laitiers chez le nourrisson. Les recherches suggèrent que l’albumine du lait de vache conduirait à l’apparition d’anticorps ayant une réaction croisée avec les cellules bêta du pancréas et contribueraient ainsi au développement du diabète.

– Dans le cas du diabète de type 2, les facteurs modifiables les plus importants sont le poids corporel excessif et le manque d’exercice, ce qui signifie sédentarité.

– Un autre facteur notable pourrait être un stress psychologique excessif. Certaines recherches mentionnent comme facteur de stress possible et le stress d’agitation.

– Parmi les facteurs incriminés figure également l’abus de produits alimentaires, c’est-à-dire les excès de sucre. Tous ces facteurs pourraient expliquer pourquoi le diabète est plus répandu dans les zones urbaines.

Catégories de diabète

Selon les causes, le diabète est divisé en diabète primaire et en diabète secondaire. Lorsqu’il n’y a pas d’autre maladie associée, on parle de diabète primaire.

Lorsque nous pouvons identifier des troubles ou des conditions pathologiques qui causent ou favorisent le développement d’une maladie diabétique, nous parlons de diabète secondaire.

Parmi les causes pouvant mener au diabète secondaire, citons:

  • les maladies liées au pancréas (par exemple, pancréatite chronique des alcooliques),
  • les troubles hormonaux (par exemple acromégalie, phéochromocytome, maladie de Cushing),
  • le diabète induit par des médicaments et des produits chimiques,
  • diverses maladies génétiques, etc. .

Selon le mécanisme d’apparition, il existe un diabète de type 1 et un diabète de type 2.

Le diabète de type 1  (ou insulinodépendant ) survient principalement chez les enfants et les jeunes et nécessite toujours un traitement à l’insuline, car le pancréas ne peut plus le produire. Pour cette raison, il est également appelé diabète insulinodépendant.

Le diabète de type 2 (ou non insulinodépendant )survient généralement chez les adultes d’âge moyen (40 ans) ou plus tard, en particulier chez les patients en surpoids. Dans ce cas, le corps continue à produire de l’insuline, mais il ne peut pas jouer normalement son rôle. Ce deuxième type de diabète ne nécessite généralement pas de traitement par insuline, raison pour laquelle il a été appelé diabète non insulinodépendant.

Il convient toutefois de noter que la dépendance à l’insuline ne signifie pas nécessairement que le patient suivra une insulinothérapie. De plus, le terme non insulinodépendant ne recouvre pas toujours l’absence de traitement par insuline. Les experts considèrent plutôt que la notion d’ insulinodépendante attire l’attention sur le fait qu’en absence d’administration d’insuline, le patient présente un risque d’acidocétose diabétique.

[note] Les mots « insulinodépendant » et « non insulinodépendant » décrivent des états physiologiques , tandis que les termes « type 1 » et « type 2 » désignent les mécanismes pathogènes, auto-immuns (type 1) et non auto-immuns (type 2). [/note]

Symptômes

Les symptômes du diabète varient d’un cas à l’autre. Les symptômes du diabète varient d’un cas à l’autre. Généralement, le diabète se caractérise par une augmentation de la glycémie (hyperglycémie) supérieure à la normale, avec ou sans élimination du sucre dans les urines (glycosurie). D’autres symptômes qui peuvent survenir sont:

  • soif excessive avec une consommation accrue d’eau (polydipsie),
  • l’élimination de grandes quantités d’urine (polyurie), et
  • de la faim excessive avec une nutrition en grande quantité (polyphagie).

Ces trois symptômes, connus dans la terminologie médicale comme polydipsie, polyurie et polyphagie respectivement, sont généralement causées par une hyperglycémie. Chez les patients qui sont malades, mais qui ont ignorés depuis longtemps ces signes et donc ne sont pas diagnostiqués, il peut arriver que le premier événement à noter soit le coma diabétique.

[note] Diabète de type 1 se fait sentir généralement avant 40 ans, mais il y a des patients chez qui le diabète de type 1 se produit étrangement, plus tard dans la vie, à l’âge de 50 ans ou plus tard, dans de rares cas. En règle générale, les patients atteints de diabète de type 1 qui est apparu à un âge plus avancé ne sont pas obèses comme ceux qui souffrent de diabète de type 2.

 Le diabète de type 1 peut soudainement commencer par la soif, une miction excessive, une augmentation de l’appétit, mais avec une perte de poids. Les personnes atteintes de diabète de type 1 peuvent être de poids normal, ou une insuffisance pondérale, en fonction de la durée du temps écoulé entre l’apparition des symptômes et le début du traitement. Typiquement, dans le cas du diabète de type 1, une fois que les symptômes se sont développés, l’insuline est nécessaire. [/note]

[note] Le diabète de type 2 débute généralement à la mi-vie ou plus tard. En règle générale, le patient atteint de diabète de type 2 est obèse ou en surpoids. De plus, chez ces diabétiques, les symptômes apparaissent et se manifestent progressivement. Si le patient ne parvient pas à contrôler le poids corporel par des mesures alimentaires ou en administrant des médicaments antidiabétiques oraux, il n’est pas nécessaire d’administrer de l’insuline. Il y a pas mal de patients atteints de diabète de type 2 qui reçoivent une insulinothérapie. [/note]

Complications aigües et tardives

Les pires complications, éventuellement fatales, sont celles aigües. Elles apparaissent par la diminution ou l’augmentation de niveau de sucre dans le sang :

  • l’hypoglycémie avec coma hypoglycémique,
  • l’acidocétose diabétique chez les diabétiques dépendants de l’insuline, et
  • le coma non cétonique hyperosmolaire, généralement chez les diabétiques non insulinodépendants).

Chez un grand nombre de patients, la maladie diabétique entraîne avec le temps des complications dites tardives. Alors que certains diabétiques n’atteignent jamais de telles complications, d’autres se développent tôt. En moyenne, les complications tardives se produisent à des intervalles de 15-20 ans après l’apparition d’une hyperglycémie manifeste. Certains patients peuvent éprouver plus de complications en même temps.

Le diabète affecte l’ensemble du métabolisme et, en l’absence de traitement approprié, entraîne à terme l’apparition de complications graves dues à des lésions des vaisseaux sanguins du cœur, du cerveau ou des reins. Le diabète non traité peut entraîner la cécité (perte de la vue), des souffrances nerveuses, des ulcères du pied, etc.

Chez les diabétiques, l’athérosclérose apparaît plus étendue et plus précoce que dans la population générale. Les maladies cardiovasculaires – cardiopathie ischémique, infarctus du myocarde asymptomatique, accident vasculaire cérébral (AVC) sont plus fréquents.

La rétinopathie diabétique survient chez environ 85% des patients et constitue une cause importante de cécité. La néphropathie diabétique est une maladie qui provoque des lésions dans les vaisseaux sanguins des reins et affecte environ 35% des patients atteints de diabète de type 1.

Cette complication entraîne souvent un handicap et même la mort. La neuropathie diabétique peut toucher chaque partie du système nerveux, rarement le cerveau. La neuropathie peut affecter un nerf ou plus, dans ce cas la polyneuropathie diabétique. Cela se manifeste par un engourdissement, une paresthésie (picotement), une hyperesthésie sévère (sensibilité accrue des récepteurs nerveux) et une douleur. La douleur peut être intense et souvent accentuée pendant la nuit.

Les ulcères dans les jambes sont une complication particulière de la maladie diabétique. Cela est dû à la distribution anormale de la pression causée par la neuropathie diabétique. L’évolution des infections diabétiques est généralement plus grave. Il y a des infections de la peau, des voies urinaires, du système respiratoire, des infections fongiques (candidose), etc. Les spécialistes mettent particulièrement en garde contre quatre infections graves caractéristiques des patients diabétiques: otite externe maligne, mucormicose rhinocérébrale (infection fongique), cholécystite emphysémateuse et pyélonéphrite emphysémateuse.