La myocardite – la complication cardiaque associée aux vaccins à ARN messager

Les cas d’inflammation du cœur (myocardite) identifiés après les vaccins à ARN messager de Pfizer et Moderna sont rares, et les formes de la maladie sont bénignes. Pour l’instant, le lien de causalité n’est considéré comme « probable » que parce qu’il n’a pas été clairement démontré. D’après les données à ce jour, il semble que les adolescents et les jeunes hommes seraient plus en danger. À quels symptômes nous devons faire attention après la vaccination, nous le découvrons auprès du cardiologue.

Les États-Unis ont sonné le premier signal d’alarme sur une possible complication des vaccins à ARN messager : la myocardite, une inflammation du muscle cardiaque. « Relativement peu » de cas ont été identifiés par les autorités américaines, principalement chez les adolescents et les jeunes adultes, chez les hommes plus que chez les femmes, plus fréquemment après la deuxième dose, et généralement dans les 4 premiers jours après la vaccination, montre le rapport du 17 mai 2021 du Centre de prévention et de contrôle des maladies (CDC).

L’agence gouvernementale américaine enquête sur ces cas pour voir s’il existe vraiment une corrélation entre eux et les vaccins COVID. Des informations supplémentaires pour la population générale sont apparues sous peu sur le site Web du CDC. Cette fois, outre la myocardite, les responsables américains évoquent également la péricardite, une inflammation de la paroi du cœur.

Les cas étaient « rares », par rapport au grand nombre de doses de vaccin administrées, selon les experts du CDC. Ils sont apparus à la fois après le vaccin de Pfizer / BioNTech, et après celui produit par Moderna. Malgré ces rapports, l’autorité médicale américaine continue d’encourager la vaccination contre la COVID-19 chez les adolescents et les jeunes adultes, arguant que la maladie comporte des risques beaucoup plus élevés que le vaccin.

Risque plus élevé pour les hommes entre 16 et 19 ans

Le lien « probable » entre les vaccins anti-COVID et la myocardite a ensuite été signalé par Israël début juin 2021. Contrairement au CDC, le ministère israélien de la Santé a fourni des données plus précises sur la fréquence de cette éventuelle complication, mais aussi sur les conséquences. Plus précisément, le rapport d’Israël montre que :

  • De décembre 2020 à mai 2021, 275 cas de myocardite ont été signalés en Israël parmi les plus de 5 millions de personnes vaccinées. Parmi ceux-ci, 148 cas ont été enregistrés au moment de la vaccination ;
  • Comme l’ont noté les autorités américaines, la plupart des cas sont survenus en Israël après l’administration de la deuxième dose du vaccin Comirnaty : 121 cas de myocardite après rappel vs. 27 rapports après la première dose ;
  • La probabilité de développer une myocardite après le vaccin est plus élevée chez les hommes âgés de 16 à 30 ans. Parmi ceux-ci, les plus touchés seraient les jeunes entre 16 et 19 ans. Plus l’âge est élevé, plus le lien entre le vaccin et l’inflammation du cœur est faible, disent les médecins israéliens ;
  • 95% des cas détectés ont été classés comme bénins ;
    La plupart des personnes diagnostiquées avec une myocardite sont restées à l’hôpital pendant pas plus de 4 jours.

Israël n’a discuté que du vaccin Pfizer-BioNTech, car il a été principalement administré ici. Aux États-Unis, le vaccin Moderna a été distribué presque autant que le vaccin Pfizer.

Quels symptômes rechercher après la vaccination

Une personne qui était en parfaite santé avant le vaccin COVID et se sent soudain très fatiguée et constate que ses performances physiques diminuent devrait se rendre à un examen médical.

Il faut mentionner que le vaccin donne généralement un état de fatigue qui dure 2-3 jours après l’administration, mais nous nous intéressons aux symptômes inhabituels. Ce ne sont pas des symptômes grippaux, pas un épisode de fièvre, pas un état de fatigue passagère ou une douleur au bras qui doivent nous alerter, mais la persistance pendant une semaine ou plus d’un état de fatigue après vaccination, fatigue qui a tendance à s’aggraver.

Aussi, si une personne commence soudainement à avoir des palpitations, à sentir que son cœur bat très vite ou fort, elle doit consulter un médecin pour des investigations. Une personne qui a des antécédents cardiovasculaires – comme une insuffisance cardiaque, une maladie ischémique, des syndromes coronariens – et qui a l’impression que quelque chose change dans les symptômes devrait consulter un cardiologue.