LA GRANDE ARNAQUE vaccinale – Une alliance de plus de 500 médecins canadiens prend la parole

Image: WSJ

Vaccination COVID – Plus de mal que de bien

Une alliance scientifique canadienne pour les soins Covid parle:

CanadianCovidCareAlliance (voir vidéo) ou vous pouvez aller sur rumbler pour visionner leurs vidéos hyper intéressants.

Des données modifiées

En novembre dernier, un lanceur d’alerte de Pfizer révélait que Pfizer avait modifié les données issues des résultats des essais cliniques du vaccin Covid.

Le prestigieux British Medical Journal (BMJ) a publié des dizaines de documents internes de l’entreprise, de photos et d’enregistrements audio dans un article révélateur sur la fraude invisible. Immédiatement, la machine à censure s’est mise en branle. Facebook a censuré un article du British Journal of Physicians qui révélait que Pfizer avait altéré les données issues des résultats des essais cliniques du vaccin Covid.

Information cachée

Début décembre 2021, d’autres DOCUMENTS ÉTONNANTS sont apparus – grâce à l’action d’une organisation américaine – qui ont montré que le PFIZER et la FDA cachaient les décès dus à la vaccination. Il y a plus de 1 200 décès au cours des 90 premiers jours. La FDA a approuvé le vaccin Pfizer malgré des centaines de milliers d’événements indésirables graves signalés au fabricant lui-même.

Des faits qui auraient dû horrifier les scientifiques, les universitaires, les hiérarques, les médecins, les journalistes et l’opinion publique sont restés sans aucune médiation. Ils ont été enterrés. Bien que nous parlions de fraudes médicales qui causent, en ce moment, des morts parmi nos compatriotes.

Le risque absolu vs le risque relatif

Pfizer a rapporté que le vaccin est efficace à 95 %. Cela signifie qu’ils devraient vous protéger dans 95 % des cas, n’est-ce pas ? En fait, ce n’est pas le bon pourcentage. Ce 95% fait référence à la réduction relative du risque et ne vous montre pas comment réduire le risque réel (absolu) par la vaccination. Pour cela, nous avons besoin d’une réduction absolue du risque.

Dans l’étude Pfizer, 8 des 18 198 sujets qui ont reçu le vaccin ont développé la covid. Dans le groupe placebo des non-vaccinés, 162 sujets avaient la maladie, ce qui signifie que même sans vaccin, le risque de contracter la covid était extrêmement faible, supérieur à 0,88%, un risque que la vaccination réduisait à 0,04% donc le bénéfice net ou absolu la réduction des risques que vous obtenez avec le vaccin Pfizer est de 0,84 %. Ce pourcentage de 95 % fait référence à la différence relative entre 0,88 % et 0,04 %. 95% est la réduction relative du risque.

La réduction du risque relatif est une valeur trompeuse bien connue, c’est pourquoi la FDA recommande d’utiliser la réduction du risque absolu au lieu du risque relatif, ce qui soulève la question suivante : Combien de personnes choisiraient d’utiliser des vaccins covid s’ils comprenaient qu’ils ont une efficacité de moins de 1 % ?

Relative vs Absolute Risk Reduction

Comprendre l’étude Pfizer

La première chose que vous devez comprendre sur la façon dont Pfizer a mené l’étude est qu’elle ne s’est pas déroulée comme prévu. Il y avait un groupe de sujets inoculés et un autre groupe qui a reçu un traitement placebo, avec 21 000 participants chacun, et a commencé la phase 3 de l’étude en juillet 2020. L’étude était en aveugle, ce qui signifie que les participants ne savaient pas à quel groupe ils appartenaient.

Cette étude en aveugle aurait dû se dérouler sur une période de trois ans, jusqu’au 2 mai 2023.

Cette date aurait marqué la fin de la phase 3 de l’essai clinique. A ce moment-là, les sujets auraient découvert à quel groupe ils appartenaient et les sujets du groupe placebo auraient reçu un traitement s’ils avaient eu une indication et s’ils avaient donné leur consentement. Mais ce n’est pas ainsi que les choses se sont déroulées finalement.

Au lieu de cela, après avoir accumulé et présenté les données des deux premiers mois de l’étude seulement, Pfizer a révélé que chaque sujet appartenait à l’un des deux groupes. C’est-à-dire qu’ils ont dit à tous les participants des groupes placebo et inoculé à quel groupe ils appartenaient et ont offert aux participants du groupe placebo la possibilité de passer au groupe inoculé.

La plupart ont accepté l’offre de Pfizer de sorte que la majeure partie du groupe placebo est passée au groupe inoculé, ce qui signifie que depuis le début de 2021, il n’y a pas eu de groupe témoin à comparer avec le groupe inoculé. Cela signifie que dans la période restante de l’étude, l’efficacité et la sécurité à long terme ne peuvent plus être évaluées.

Vous pouvez vous informer sur le site officiel de l’Alliance Canadienne des médecins. pour avoir plus d’information utile.