La fasciite nécrosante – une super bactérie

Sommaire
Suivez-nous par Email
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Pinterest
Suivez-nous sur Pinterest
Suivez-nous sur Instagram
vers le Sommaire

Généralités

La fasciite nécrosante est une infection bactérienne rare qui peut détruire la peau et les tissus mous situés au-dessous, y compris la graisse et les tissus recouvrant les muscles (fascia). Parce que ces tissus meurent rapidement (nécrose rapidement), une personne atteinte de fasciite nécrosante serait infectée par une bactérie « mangeuse de chair », en particulier de Streptococcus pyogenes.

La fasciite nécrosante est une maladie rare, mais grave. Environ 30% de ceux qui développent une fasciite nécrosante en meurent. La plupart des personnes qui développent la maladie sont en bonne santé avant l’infection.

Les personnes qui présentent un risque accru d’infection sont celles qui:

– ont un système immunitaire affaibli ou un manque d’anticorps pour combattre l’infection

– ont une maladie chronique telle que le diabète, le cancer, une maladie rénale ou affectant le foie

– ont des coupures postopératoires, y compris épisiotomie

– on récemment eu la varicelle ou une infection virale qui a provoqué une éruption cutanée

-ont utilisés des stéroïdes qui diminuent la résistance du corps aux infections.

vers le Sommaire

Causes

La fasciite nécrosante peut être « obtenue » par plusieurs bactéries. La cause la plus fréquente est l’infection à streptocoques, une bactérie appartenant aux streptocoques du groupe A, impliquant le plus souvent le Streptococcus pyogenes, également impliqué dans l’étiologie d’autres infections (pharyngite à streptocoques, impétigo). Habituellement, les infections transmises par ces bactéries sont bénignes.

Il existe de rares cas où la bactérie produit une toxine qui attaque le tissu sous-cutané et provoque une infection plus grave qui peut se propager par le sang aux poumons et à d’autres organes.

L’infection peut aussi être causée par Vibrio vulnificus. L’infection causée par cette bactérie peut survenir si une plaie entre en contact avec de l’eau de l’océan, avec de la viande crue de poisson d’eau salée ou si des blessures surviennent lors de la manipulation de crustacés tels que des crabes. Ces infections se produisent surtout chez ceux qui ont des infections hépatiques chroniques (cirrhose).

Une autre forme de fasciite nécrosante peut être causée par une bactérie colonisant le côlon; cette forme se produit plus fréquemment chez les personnes souffrant de diabète ou de maladie artérielle périphérique. Parfois, les personnes qui ont des blessures ou des tumeurs du côlon peuvent développer une fasciite nécrosante.

Une petite plaie cutanée permet à la bactérie de pénétrer dans le tissu sous-cutané (sous la peau).

Dans certains cas, une infection peut également se produire sur le site d’une contusion musculaire, même s’il n’y a pas de zone de continuité dans la peau. Il se peut que le lieu où l’infection a commencé ne soit pas évident, car la bactérie peut circuler dans le sang vers d’autres parties du corps.

La bactérie qui produit les toxines responsables de la fasciite nécrosante peut changer d’une personne à l’autre. Cependant, une personne qui est en contact avec la bactérie n’est pas susceptible de provoquer une infection grave s’il n’a pas de blessure ouverte, de varicelle ou d’affaiblissement du système immunitaire.

Symptômes

Les symptômes de la fasciite nécrosante peuvent survenir rapidement, parfois plus rapidement que 24 heures après des lésions cutanées bénignes. Une installation rapide des symptômes est une indication importante pour se rendre chez le médecin.

Une autre caractéristique de cette maladie est que la douleur de la plaie est beaucoup plus forte que ce à quoi on pourrait s’attendre d’une telle blessure.

La fasciite nécrosante affecte principalement les extrémités, en particulier les jambes, mais peut toucher n’importe quelle partie du corps.

Les premiers symptômes les plus courants sont:

– douleur intense, apparue soudainement dans la zone touchée

– fièvre, nausée, vomissement, fatigue et autres symptômes pseudo-grippaux

– rougeur, chaleur locale, gonflement de la zone (œdème), papules liquides dans la zone infectée.

Si l’infection est profonde dans la peau, ces symptômes d’inflammation ne se produisent pas immédiatement.

Les symptômes tardifs sont:

-signes de choc (y compris confusion, évanouissement, vertiges) qui sont accentués lorsque vous êtes assis ou penché; ces symptômes sont dus à la baisse de la pression artérielle

– desquamation (peeling) et décoloration de la peau dans la zone touchée, signes de nécrose tissulaire ou de gangrène.

Une plaie (brûlure, coupure, ecchymose, morsure ou piqûre d’insecte) est un endroit commun pour que la bactérie puisse pénétrer.

24 heures après la pénétration de la bactérie dans la plaie apparaît une tuméfaction (gonflement), augmentation de la température locale (chaleur), érythème (rougeur) et sensibilité accrue, qui se propagent rapidement à partir du site de la plaie.

-dans les 24 à 48 heures suivant l’apparition des signes locaux, la couleur passe du rouge au violet puis au bleu; des papules jaunes peuvent se former

– 4-5 jours après l’infection, la gangrène se développe

-en 7 à 10 jours, la peau nécrotique se détache de la peau saine, alors que l’infection se propage à d’autres tissus.

Cependant, certains types de bactéries (comme les streptocoques) peuvent être plus agressifs, ce processus ne dure que 2 à 4 jours (même moins).

vers le Sommaire

Investigations

Normalement, lorsqu’elle se présente chez un médecin, la personne atteinte de fasciite nécrosante présente une pathologie altérée et la maladie est déjà aggravée. Un traitement est généralement nécessaire pour stabiliser le patient en raison d’un choc, avant que les résultats des tests ne soient disponibles.

Les investigations en suspicion de fasciite nécrosante sont:

tests sanguins de routine : le tableau sanguin, l’ionogramme sérique, la créatine phosphokinase (CPK) et la protéine C réactive

– les cultures de plaies et de téguments sont obtenues lors du traitement chirurgical pour déterminer la bactérie responsable de l’infection; des produits chimiques et des colorants spécifiques sont utilisés pour identifier les bactéries

radiographie thoracique pour rechercher des signes d’atteinte pulmonaire

– autres radiographies pour rechercher des traces de gaz ou des poches de fluide causées par l’infection.

Parfois, on utilise la TDM (tomodensitométrie) ou l’IRM (imagerie par résonance magnétique nucléaire) si le diagnostic n’est pas sûr ou si l’on souhaite déterminer la profondeur de l’infection. Si le diagnostic de fasciite nécrosante est suspecté, une intervention chirurgicale est nécessaire, à la fois pour confirmer le diagnostic et pour arrêter la propagation de l’infection. La personne malade peut nécessiter des investigations supplémentaires, en fonction de l’évolution de la maladie et des problèmes qu’elle a causés.

vers le Sommaire

Traitement

La personne atteinte de fasciite nécrosante nécessite un traitement médical à l’hôpital dès que la maladie est suspectée. Le patient est généralement hospitalisé dans l’unité de soins intensifs (SI).

Le traitement d’urgence de la fasciite nécrosante est crucial. Plus tôt le traitement est établi, plus il est probable qu’il rétablira mieux la personne et évitera des complications telles que l’amputation du membre affecté ou même la mort.

Le traitement est axé sur:

-protection contre l’infection et sa propagation en recourant à un traitement chirurgical pour enlever les tissus atteints

– traitement médicamenteux (antibiotiques et immunoglobulines par voie intraveineuse) visant à détruire la bactérie à l’origine de l’infection

– oxygénothérapie hyperbare, dans certains cas

– traitement de complications telles que choc, problèmes respiratoires et insuffisance pluriorganique.

Traitement chirurgical

Un traitement chirurgical (débridement chirurgical) est presque toujours nécessaire pour éliminer le tissu nécrotique résultant de l’infection afin de réduire le nombre de bactéries présentes dans le corps afin d’éliminer les toxines et d’empêcher la propagation des bactéries. La plupart des patients ont besoin davantage d’interventions pour contrôler l’infection. L’amputation des membres ou des organes affectés peut s’avérer nécessaire dans certains cas pour sauver la vie du patient, cette opération étant nécessaire en fonction de la gravité de l’infection ou du lieu de l’extension.

Traitement médicamenteux

Les antibiotiques intraveineux, tels que la clindamycine ou la pénicilline, sont couramment utilisés pour tuer certaines bactéries pouvant être impliquées dans l’étiologie de la fasciite nécrosante (comme les streptocoques ou les staphylocoques) ou pour détruire les toxines. Lorsque d’autres bactéries sont suspectées (dans le cas de diabétiques ou de personnes infectées à l’hôpital, hospitalisées pour leurs causes initiales), des antibiotiques à large spectre seront utilisés.

Les immunoglobulines intraveineuses peuvent être utilisées conjointement avec un traitement chirurgical ou un traitement antibiotique pour le traitement de la fasciite nécrosante. Ils renforcent le système immunitaire et réduisent les effets des toxines bactériennes. Il n’est pas encore certain que le traitement par immunoglobuline aide à guérir la maladie.

Traitement par oxygénothérapie

L’oxygénothérapie hyperbare, qui fournit au corps des taux élevés d’oxygène, peut être utile pour contrôler l’infection et réduire le besoin de traitement chirurgical. Cependant, d’autres études sont nécessaires avant que ce traitement puisse être indiqué aux personnes atteintes de fasciite nécrosante.

Traitement des complications

Le type de traitement appliqué dépend de l’évolution de la maladie et des complications qui surviennent.

Les complications les plus courantes sont le choc, l’insuffisance rénale et les problèmes respiratoires dus à des lésions pulmonaires (syndrome de détresse respiratoire de l’adulte). Un grand nombre de personnes atteintes de fasciite nécrosante auront besoin d’une dialyse pour le traitement de l’insuffisance rénale et près de la moitié des personnes infectées nécessiteront l’utilisation d’un ventilateur mécanique pour améliorer leur santé.

À retenir

La personne atteinte de fasciite nécrosante devra être hospitalisée. Le traitement doit être appliqué immédiatement si les symptômes de cette maladie se développent. Environ 30% de ceux qui entrent en contact avec la maladie ne survivront pas à l’infection. Un traitement immédiat est essentiel pour une récupération réussie.

vers le Sommaire

Prévention

La plupart des gens ne feront pas la maladie. La fasciite nécrosante ne se produit que si les bactéries pénètrent dans le corps au niveau d’une plaie cutanée. Dans de rares cas, les bactéries peuvent se déplacer d’une personne à une autre à la suite d’un contact étroit, par exemple en s’embrassant. Les personnes qui vivent ou dorment dans la même maison avec des personnes atteintes de fasciite nécrosante ou qui entrent en contact direct avec la bouche, le nez ou le pus d’une plaie, d’une personne atteinte de fasciite nécrosante courent un plus grand risque d’infection. Si une personne est entrée en contact avec une autre personne qui a développé une fasciite nécrosante, il est peu probable que le médecin recommande un traitement antibiotique pour réduire le risque de développer la maladie.

Si des symptômes de cette maladie se développent, consultez immédiatement un médecin après un contact étroit avec une personne atteinte de fasciite nécrosante.

La plupart des personnes qui contractent cette maladie ont un bon état de santé avant l’infection.

Le risque de tomber malade peut être réduit en suivant les règles suivantes:

– se laver les mains fréquemment

– maintenir les plaies propres (notamment: coupures, brûlures, plaies causées par la varicelle ou le zona, morsures d’animaux ou d’insectes, plaies chirurgicales)

– si vous contractez des signes d’infection tels que douleur, gonflement (inflammation), chaleur locale ou érythème autour de la plaie, ou augmentation de la température corporelle au-dessus de 37,8 degrés Celsius sans raison évidente; si des signes d’infection apparaissent, le médecin doit être consulté immédiatement

– en cas de fièvre, de frissons ou de fortes douleurs après une force musculaire ou après une luxation, une consultation immédiate est également nécessaire. Ces signes peuvent être dus à une infection des tissus mous.

– en cas de douleur intense, d’œdème ou de fièvre, le traitement avec des anti-inflammatoires non stéroïdiens (tels que l’ibuprofène) n’est pas recommandé; s’il s’agit d’une infection des tissus mous, ces médicaments peuvent réduire temporairement les symptômes sans traiter la maladie et peuvent retarder la présentation à un médecin pour obtenir des soins de santé.

Suivez-nous par Email
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Pinterest
Suivez-nous sur Pinterest
Suivez-nous sur Instagram

Restez informé! Pour vous et vos amis!