Covid-19: La pulvérisation des rues est dangereuse pour l’humain

Avertissement

L’Organisation mondiale de la santé attire l’attention sur les risques pour l’humain et l’environnement qui impliquent des pulvérisations dans les rues avec une solution d’hypochlorite de sodium. C’est la méthode adoptée par les maires de certaines villes pour empêcher la propagation du nouveau coronavirus.

Plus du mal que du bien

Dans un article sur Facebook, l’OMS déclare que cette méthode ferait plus de mal que de bien à long terme, déclarant « qu’il est recommandé d’utiliser des détergents conventionnels pour le nettoyage des routes, en évitant la production de poussière et d’aérosols ».L’organisation s’interroge sur l’efficacité de l’utilisation de l’hypochlorite pour la désinfection, lors de la pandémie: « à l’heure actuelle et sur la base des connaissances scientifiques disponibles, il n’y a aucune preuve en faveur de l’efficacité de l’hygiène des rues et du pavage extérieur, avec désinfectant ou produits chimiques sanitaires ».

Le bilan des morts de COVID-19 en Chine serait jusqu’à 30 fois plus élevé que celui déclaré

Concernant l’utilisation de l’hypochlorite de sodium, l’article de l’OMS mentionne que son utilisation affecte à plusieurs reprises l’environnement et la santé humaine, à commencer par les yeux et la peau.

« Il existe des informations contradictoires sur l’utilisation de l’hypochlorite et sa capacité à détruire le virus sur les surfaces externes (routes) et dans l’air », explique l’OMS.

Traitement à la chloroquine autorisé aux États-Unis

Attention: danger!

L’hypochlorite de sodium ne doit être utilisé «qu’à titre exceptionnel» pour la désinfection. C’est pourquoi: « L’hypochlorite de sodium est une substance corrosive pour la peau et nocive pour les yeux, et s’il entre en contact avec la matière organique sur la surface de la route, il peut former des sous-produits extrêmement dangereux, tels que les chloramines et les trihalométhanes, mais aussi d’autres cancérogènes. »